Europe 1 s’affiche sur les panneaux électoraux, sa campagne de publicité décriée

MÉDIAS La radio a fait recouvrir de nombreux panneaux électoraux avec des affiches mettant en scène ses animateurs phares. Une campagne de pub illégale et dont le Parti pirate s’offusque…

A.G.

— 

La campagne de publicité d'Europe 1 à l'approche des élections municipales 2014.
La campagne de publicité d'Europe 1 à l'approche des élections municipales 2014. — Capture d'écran / 20 Minutes

Vous les avez peut-être remarquées en vous baladant en ville. Les visages de Wendy Bouchard, Frédéric Taddeï ou encore Cyril Hanouna… placardés sur les panneaux électoraux avec l’inscription «Votez Europe 1». A une semaine du premier tour des élections municipales, la radio a voulu frapper fort avec cette campagne de publicité qui concerne une quinzaine de villes.

 

Thomas Pawlowski, le directeur de la communication du pôle audiovisuel de Lagardère, qui possède Europe 1, s’est ainsi réjoui de ce coup marketing sur son compte Twitter. Mais il pourrait se retourner contre Europe 1. Il est illégal de s’afficher sur les panneaux électoraux, réservés aux candidats des élections municipales. La station de radio pourrait écoper d’une amende. Selon l’article 17 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse: «Ceux qui auront enlevé, déchiré, recouvert ou altéré par un procédé quelconque, de manière à les travestir ou à les rendre illisibles, les affiches apposées par ordre de l'Administration dans les emplacements à ce réservés, seront punis d'une amende».

Antidémocratique?

En outre, le procédé a irrité le Parti pirate, qui a publié dimanche une lettre ouverte à Europe 1, «la radio qui n’aime pas la démocratie», après avoir constaté que ses affiches avaient été recouvertes dans le Xe arrondissement de Paris. 

«Votre campagne sur les panneaux électoraux officiels porte atteinte à la liberté d’expression des listes, s’est-il insurgé. Notre campagne, nous l’auto-finançons, et en organisant sur nos panneaux d’affichage un matraquage publicitaire pour vos émissions de radio, vous ruinez nos efforts.»

 

La réponse du directeur de la communication de Lagardère? «Un peu d’humour que diable!», s’est-il exclamé sur Twitter.