Véronique Cayla (Arte) n’est pas candidate à la présidence de France Télévisions

MÉDIAS a présidente de la chaîne franco-allemande l’a affirmé ce lundi au cours d’un déjeuner avec plusieurs journalistes médias…

Anaëlle Grondin

— 

Veronique Cayla, presidente d'Arte sur le plateau de LCI en mars 2013.
Veronique Cayla, presidente d'Arte sur le plateau de LCI en mars 2013. — IBO/SIPA

Elle a dépoussiéré Arte en lui donnant «un ton moins docte» et une «touche d’humour».  Depuis l’arrivée de Véronique Cayla sur Arte en 2011, les audiences de la chaîne n’ont pas cessé de progresser. A 63 ans, cet ancien membre du CSA et ex-présidente du Centre national du cinéma (CNC) a de nombreux atouts qui pourraient très bien lui faire accéder au fauteuil de Rémy Pflimlin, à la tête de France Télévisions, dont le mandat prend fin en 2015.

Mais Véronique Cayla affirme ne pas être le moins du monde intéressée par ce poste. «Je ne suis pas candidate à la présidence de France Télévisions», a-t-elle affirmé de manière ferme ce lundi au cours d’un déjeuner organisé par l’Association des journalistes médias (AJM) à Paris. 

«Rencontrer les artistes» 

«Ça ne correspond pas à ce que j’aime faire. J’ai toujours été dans le secteur culturel et c’est un endroit où je me trouve bien, s’est-elle justifiée. Arte est infiniment plus culturel que France Télévisions.» Ce qui intéresse la présidente d’Arte, c’est de «rencontrer des artistes».

Avant de programmer la série «Top of the Lake» sur la chaîne franco-allemande par exemple, Véronique Cayla avait rencontré sa réalisatrice Jane Campion. Un moment qui l’a «mise en joie pendant un certain bout de temps», a-t-elle souri.

«Je n’ai fait que du culturel par le passé -à part le CSA pendant deux ans-, a ajouté la patronne d’Arte. Je veux continuer à avoir cette possibilité d’aider les artistes à s’exprimer.»