Valérie Trierweiler est une «grenade dégoupillée» d’après «Gala»… et l’hypocondrie est devenu «le mal du siècle» selon «Le Point»

Anne Kerloc'h

— 

La revue de presse du 30 janvier
La revue de presse du 30 janvier — 20minutes

Gala: La vengeance de la grenade masquée

O contusions, douleurs, rage, métaphores et images fortes.  Après s’être «pris un TGV dans le buffet», après être «tombée d’un gratte-ciel», voilà que Valérie Trierweiler est considéré par d’aucuns au Parti socialiste comme une «grenade dégoupillée» dont il craignent la capacité de revanche. A part ça, l’ambiance est bonne et détendue. Au passage, Gala compile l’Elysée-bashing des premières dames. Yvonne de Gaulle l’avait ainsi surnommé la «maison sans joie» et a même été soupçonnée d’avoir voté «non» au référendum de 1969 juste pour fuir les lieux.

Marmiton: La guerre au détox est déclarée

Parfois, il faut savoir traiter le gras par le gras. Après les fêtes et leur joyeuse théorie de foie gras fourrés au truffes (ou l’inverse) sur coulis de surcharge pondérale, Marmiton nous propose un régime simple et aérien à base de truffade, raclette et pommes fourrées au boudin. Dans ce numéro «anti-détox», le magazine culinaire défend la cause lipidique avec ferveur, envoie en première ligne sur le front des kilos ses amis les fromages. En renfort, les charcutailles assurent les arrières. On n’oubliera pas le coup de grâce avec un bon coup de vin.

Stylist: On mincit des amis

Si Marmiton fait dans le marmitou grassouillou, Stylist fait dans l’ascèse amicale. Parce qu’avoir trop d’amis, les amis, c’est «tellement 2013». En 2014, on nettoie par le vide, à commencer par les réseaux sociaux. Trop de potes, de poteaux, d’amis, de fucking friends et notre cerveau est tout encombré… Selon un anthropologue, en raison «de la taille limitée de notre néocortex», nous ne pourrions en effet assumer de relations sociales avec plus de 150 personnes. Voici venu le temps de la «décroissance amicale».

Le Point: Malade d’imagination

Qui l’eut cru ? Selon Le Point le «nouveau mal du siècle» n’est plus le mal au dos (ou la dépression, ou le burn-out, ou…). Désormais c’est l’hypocondrie qui est totalement hype! Un «nombre croissant» de Français (2 à 4%) seraient des malades imaginaires et s’inventeraient une leucémie dés qu’ils sont essoufflés en montant un escalier. Ceux- là «rêvent d’IRM et se damnent pour une scintigraphie». On les reconnaît aussi à leur une maîtrise impressionnante du vocabulaire puisqu’il connaissent le sens des mots «glomérulonéphrite» et «lactate déshydrogénase bas».