François Moulias intègre le directoire de «Libération», confronté à des difficultés

J.M. (avec AFP)

— 

La rédaction de Charlie Hebdo a été reçue mercredi après-midi dans les locaux de Libération après l'incendie criminel de leur siège parisien, pour discuter de leur installation temporaire dans ces murs et des moyens à mettre en oeuvre pour que l'hebdo paraisse la semaine prochaine.
La rédaction de Charlie Hebdo a été reçue mercredi après-midi dans les locaux de Libération après l'incendie criminel de leur siège parisien, pour discuter de leur installation temporaire dans ces murs et des moyens à mettre en oeuvre pour que l'hebdo paraisse la semaine prochaine. — Mehdi Fedouach afp.com

François Moulias, le représentant des actionnaires de Libération, dont les ventes sont en chute libre, va intégrer le directoire du journal, aux côtés de Nicolas Demorand et Philippe Nicolas, a indiqué jeudi une porte-parole du quotidien.

«Il sera chargé de remplir deux missions: la recapitalisation de Libération et la mise en œuvre du plan de baisse des charges», a-t-elle précisé. Cette décision a été prise lors d'un conseil de surveillance de Libération jeudi.

Il devra redresser le quotidien, en graves difficultés financières et aux ventes en chute libre. Depuis deux mois, François Moulias a été nommé mandataire du directoire pour mettre un œuvre un plan d'économies de 4 millions d'euros, qui propose notamment aux salariés des baisses de salaire volontaires pour sauver le journal. Ses actionnaires, principalement les hommes d'affaires Bruno Ledoux, Édouard de Rothschild et le groupe italien Ersel, voulaient en effet voir arriver dans la direction de «Libé» un profil plus managérial.

Des chiffres de vente en recul en 2013

Libération (290 salariés) a vu ses ventes reculer de plus de 15% sur les 11 premiers mois de 2013 et tomber en novembre sous les 100.000 exemplaires, à 97.299, leur pire score depuis au moins 15 ans. Grevé de 6 millions d'euros de dettes, le journal devrait perdre 1 à 1,5 million en 2013 et il ne dispose que de quelques mois de trésorerie.

François Moulias a indiqué mardi aux représentants des salariés qu'il comptait faire arriver de nouveaux actionnaires dans les deux mois pour renflouer le journal. Avant de se prononcer sur les baisses de salaires, «les salariés auront une visibilité complète, y compris sur les efforts consentis par les actionnaires actuels et nouveaux», a promis la direction mardi.