Les musiciens veulent forcer les radios à changer de disque

Benjamin Chapon

— 

Le chanteur Stromae.
Le chanteur Stromae. — Dati Bendo

La rengaine est connue. Les radios ne favorisent pas assez la diversité musicale. Dans un récent rapport intitulé «L’exposition des musiques actuelles par les radios privées», le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) faisait ce constat et pointait «l’absence de diversité des playlists».

Trois associations d’auteurs, artistes et interprètes, l’ADAMI, le SNEP et la SACEM, applaudissent le constat mais reproche au rapport de ne rien proposer de concret pour enrayer ce qu’ils considèrent comme l’un des grands maux de la musique francophone.

Les dix mêmes chansons encore et encore

«Les réseaux jeunes concentrent les deux tiers de leur diffusion de nouveautés sur 10 titres et une radio musicale peut aujourd’hui réaliser un tiers de ses obligations de quotas de chanson française avec la diffusion de 3 titres seulement», pointe un communiqué signé des trois associations qui préconisent d’obliger les radios à changer de disque.

L’ADAMI, le SNEP et la SACEM souhaitent établir un plafonnement de diffusion des titres, pour que les auditeurs puissent entendre toute la diversité de la production francophone qui «demeure, contrairement aux idées reçues, riche, diversifiée et très largement majoritaire au sein de la production française».