Le Mouv’ met le cap sur la musique

Joël Métreau

— 

Joël Ronez, directeur du Mouv'.
Joël Ronez, directeur du Mouv'. — RADIO FRANCE / Mathieu Genon

De la musique, surtout de la musique. Pour sa nouvelle grille, déployée à l’antenne dès ce lundi matin, Le Mouv’, radio du service public, a décidé de se concentrer sur la musique, en direction des jeunes actifs de 20-35 ans. Une cible urbaine, car avec ses 32 émetteurs, la radio est essentiellement diffusée dans les grandes agglomérations.

Davantage d'électro

Le Mouv’ a donc abandonné l’idée d’être une «mini-généraliste», «un format qui n’a pas fonctionné comme prévu», admet Joël Ronez, directeur du Mouv’, lors de la présentation de la grille. De la moitié du temps d’antenne, la musique en occupera désormais 70%. Avec toujours une orientation pop-rock, mais avec davantage d’électro. «Mais il ne s’agit pas de devenir un robinet à musique formaté: on se tourne vers les nouveaux talents francophones», explique Joël Ronez, directeur du Mouv’.

Pedro Winter dans la grille

Dans la grille, tandis qu’Akhenaton et Olivier Cachin continuent d’explorer le rap, ces orientations se traduisent par l’apparition d’une case le jeudi soir à 22h30, animée par Pedro Winter, le fondateur du label français d’électro Ed Banger, qui a fêté ses 10 ans.  Autre nouveauté, «Le Métal», à partir de 23h le dimanche, un programme dédié aux musiques metal, hardcore et punk, le dimanche à 23h. La fusion du Mouv’ avec Ouï Fm, tel que l’avait suggéré Arthur en septembre dernier?... Ronez balaie cette proposition du revers de la main.

«La radio de référence sur smartphone»

Car hormis la musique, Le Mouv’ souhaite aussi être la radio «connectée», à l’image de l’un de ces nouveaux visages, Vincent Glad, auparavant chroniqueur dans «Le Grand Journal», qui anime désormais «Touche pas à mon poke».  «On veut être la radio de référence sur smartphone», ajoute Joël Ronez, par exemple en y ajoutant davantage de visuels. Pour cela, pas question de «faire de la télé», mais d’intégrer des captations de radio filmée, d’infographies et de clips vidéo sur le «modèle de Pure FM» lancé par la RTBF en Belgique.

Sur le site du Mouv’, une «Webline » permet désormais à l’auditeur de picorer des infos, de la culture pop (ciné, jeu vidéo, série) et de la musique à toute heure. Cet espace permettra notamment d’écouter des reportages et des fictions. Le directeur met ainsi en avant ainsi une rédaction composée de 11 journalistes et chargée de nourrir l’actu des temps forts de la journée, le matin notamment.

«Le succès de cette radio n’a pas été au rendez-vous, mais je ne la lâcherai jamais», avait asséné Jean-Luc Hees, président du groupe Radio France, en préambule de la conférence de presse. C’est vrai que pour la radio née 1997, les audience inférieures à 215 000 auditeurs, soit 0,4% d'audience cumulée en 2012 et à 0,5% en septembre-octobre dernier ne sont pas encourageantes. Joël Ronez persiste à croire que Le Mouv’ a tous les atouts pour réussir. Il cite l’écrivain de science-fiction William Gibson: «Le futur est déjà là, sauf qu’il n’est pas bien partagé.»