Avant-soirée de France 2: «Nous n'avons pas trouvé la bonne réponse», indique Rémy Pflimlin

avec AFP

— 

Remy  Pflimlin, président de France Télévisions, à la conférence de presse de rentrée du groupe audiovisuel public, le 27 août 2013, à Paris.
Remy Pflimlin, président de France Télévisions, à la conférence de presse de rentrée du groupe audiovisuel public, le 27 août 2013, à Paris. — MIGUEL MEDINA/AFP

Le président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, a déclaré mardi ne pas avoir «trouvé la bonne réponse», à la question de l'avant-soirée de France 2. «Ce que je souhaite, c'est qu'un autre regard soit porté sur la ligne éditoriale de France 2 et notamment l'avant-soirée, une question centrale à laquelle nous n'avons pas trouvé la bonne réponse», a-t-il déclaré au quotidien Le Monde.

Arrêt de l’émission de Sophia Aram?

Interrogé sur un éventuel arrêt de l'émission de Sophia Aram («Jusqu'ici tout va bien») aux audiences catastrophiques, Rémy Pflimlin répond: «Cette décision sera prise par Thierry Thuillier, nouveau directeur des programmes, si elle est prise».

Mais il a tenu à souligner que «les difficultés indéniables de l'avant-soirée ne doivent pas effacer ce qui réussit sur France 2: la matinale, les soirées, la fiction qui a encore reçu des prix au Festival de La Rochelle, le documentaire». Pour Rémy Pflimlin, «il n'y a pas de conflit entre audience et qualité des programmes. Il faut être ambitieux et fédérateur».

«On est très loin des chaînes low-cost»

Questionné sur la baisse des moyens et le risque qualitatif pour les programmes, le président de France Télé répond qu'«on est loin, très loin des chaînes low-cost. Et on restera très loin. Il y a de vraies difficultés économiques, mais aussi des avancées technologiques qui nous permettent d'envisager notre métier différemment. Nous sommes à un moment de transformation inédit dans l'histoire de France Télévisions».

Enfin interrogé sur son éventuelle candidature à sa propre succession en 2015, il a éludé la question en répondant simplement: «Je suis au travail».