De fausses pages Facebook créées au nom des ministres iraniens

A.C. avec AFP

— 

Réseaux sociaux
Réseaux sociaux — Jaubert / Sipa

Un piratage qui coûte cher. L’autorité judiciaire iranienne vient d’arrêter un homme qui «au cours des dernières semaines a créé des pages Facebook au nom de certains membres du gouvernement, qui ont démenti en être à l’origine. L’homme a été identifié et arrêté. Il est en prison», a expliqué à l’agence officielle du pays Irna, Gholamhossein Mohseni-Ejeie, porte-parole de l’autorité judiciaire.

Il y a un mois, le ministre des Affaires étrangères, qui dispose lui d’une page Facebook, s’était fait pirater. Y avait été publié un message de soutien aux manifestants tués après la présidentielle de 2009.

Facebook et Twitter interdits en Iran

En Iran, Twitter, Facebook et YouTube, ainsi que de nombreux autres sites, restent interdits. Les autorités iraniennes ont écarté la semaine dernière toute légalisation prochaine de Twitter et Facebook, mais la question est actuellement étudiée par un comité spécial.