«Génération Quoi?»: Les 18-34 ans ont la parole

WEB La grande enquête en ligne sur la jeunesse lancée le 19 septembre par France Télévisions suscite un engouement immédiat...

Annabelle Laurent

— 

France Télévisions a filmé quelques jeunes pendant leurs réponses au questionnaire de generation-quoi.france2.fr/
France Télévisions a filmé quelques jeunes pendant leurs réponses au questionnaire de generation-quoi.france2.fr/ — PROD France 2

«As-tu confiance en la police?». «Pourrais-tu être heureux sans Internet?». Mais aussi: «Dans la vie, il y a ceux qui baisent et ceux qui se font baiser: D’accord?». Des questions comme celles-là, il y en a 143. Mais parce qu’elles sont directes, subjectives plus que factuelles, et intégrées dans une interface ludique, difficile de ne pas se prendre au jeu. 

Grande enquête lancée par France télévisions, la société de production Yami 2 et le concepteur de sites Upian, «Génération Quoi?» est en ligne depuis cinq petits jours. A l'ouverture, parce que le lien du site avait fuité au préalable, près de 40.000 personnes avaient participé.

Lundi soir, les participants étaient 57.000, et ce mardi matin, près de 68.000, avec un temps de réponse moyen de 17 minutes. «Je n'ai pas vu ça en quinze ans d'Internet», s’enthousiasme Alexandre Brachet d'Upian. «Cela prouve combien la jeunesse a besoin de parler, de se définir elle-même», commente Fabrice Puchault, directeur de l’unité documentaires de France 2.



Sollicités en amont pour élaborer le questionnaire, deux sociologues spécialistes de la jeunesse voient ainsi s’enrichir une base de données «sans précédents. En quelques jours on voit émerger des choses que l’on ne pouvait pas quantifier, comme le sentiment très partagé que la génération d’avant est responsable de la situation actuelle», explique Cécile Van de Velde, maître de conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Mais les sociologues ne sont pas les seuls à profiter des résultats, et c’est tout l’intérêt. Via des statistiques déployées en temps réel et des vidéos («Mort aux vieux», «Tous pourris», «Adulescente»...) montrant d’autres jeunes en train de répondre, chaque participant peut se situer, dans sa génération.

Une expérience multiplateforme

Consultable sur ordinateur, mobile et tablette, l’enquête se décline aussi, pendant huit semaines (mais l'expérience pourrait se prolonger), sur Europe 1, le monde.fr, et un blog de France tv info. Avant que n’y répondent, les 15 et 22 octobre prochain, trois documentaires diffusés dans la case «Infrarouge» de France 2, «Bac ou crève», «Master chômage et master classe», «La vie, ça commence quand?», issus d’un an et demi d’immersion à Cergy-Pontoise auprès d’une vingtaine de jeunes.

«Maintenant que le questionnaire est en ligne, on est trois rédactions à gamberger pour voir comment restituer au mieux ce que l'enquête nous apprend, explique Boris Razon, directeur des Nouvelles Ecritures de France Télévisions. Des tendances vont émerger et nous surprendre. Il faudra peut-être rajouter des questions, allonger la durée de l'expérience à un an, deux ans? Ce qu'on cherche, c'est la réappropriation du projet, le débat. On va essayer de provoquer des choses!»