Des stars de cinéma en grève contre «Vanity Fair»

Benjamin Chapon

— 

Gwyneth Paltrow le 6 avril 2013. 
Gwyneth Paltrow le 6 avril 2013.  — Jordan Strauss/AP/SIPA

Gwyneth Paltrow sonne la révolte. L’actrice a décidé de boycotter le magazine Vanity Fair. Selon une enquête du New York Times, Gwyneth Paltrow a même envoyé à ses amis la recommandation de ne faire «aucune déclaration à ce magazine.»

Il n’y a encore pas si longtemps, l’idylle ne souffrait aucun nuage entre les stars hollywoodiennes et le magazine de l’industrie du cinéma. Il aura suffi d’un ou deux papiers un peu critiques de la part de Vanity Fair pour se mettre une bonne partie de la profession à dos.

Interview exclusive sur Instagram 

Le New York Times cite notamment une enquête sur l’impact de la Scientologie sur la carrière de Tom Cruise publiée l’an dernier ainsi qu’un reportage sur le tournage chaotique de World War Z.
 
D’après plusieurs analystes, les stars peuvent désormais se permettre ce genre de boycott et se passer de médias traditionnels comme Vanity Fair grâce à l’émergence des réseaux sociaux.
 

Les enquêtes qui fâchent 

Les studios américains ont flairé le coup et font d'ailleurs signer aux acteurs des contrats qui stipulent qu’ils doivent assurer la promotion du film sur Instagram et Twitter notamment.
 
De son côté, un magazine comme Vanity Fair est en concurrence avec une multitude de médias en ligne, analyse le New York Times. Lesquels diffusent en masse les bandes-annonces, photos et interviews promotionnels hollywoodiens.
 
Pour se démarquer, Vanity Fair mise sur des reportages et enquêtes qui mettent parfois en lumière des aspects moins reluisants des films. Quitte à se fâcher avec les studios ou les acteurs.