Cette rentrée, BFMTV ne veut «pas changer, mais avancer»

Anaëlle Grondin

— 

Alain Weill lors de la conférence de presse de rentrée de BFM TV, le 28 août 2013.
Alain Weill lors de la conférence de presse de rentrée de BFM TV, le 28 août 2013. — Vincent Wartner / 20 Minutes

Alain Weill entame cette rentrée avec une certaine sérénité.  Le patron du groupe NextRadioTV, maison-mère de BFMTV, a rappelé ce mercredi midi lors de la conférence de rentrée de la chaîne, «son succès remarquable». A coup de chiffres: 10 millions de téléspectateurs chaque jour et 2% de part d’audience, soit «plus que BBC News», qui enregistre elle 1% de part d’audience outre-Manche, se réjouit Alain Weill. «34% des Français regardent BFM TV tous les jours ou presque», insiste à son tour Guillaume Dubois, le directeur général de la chaîne, en s’appuyant sur une étude du CSA réalisée en juin 2013. L’audience est en très légère progression depuis 2012 malgré l’actualité politique plus intense l’an dernier, poursuit-il.

Une matinale encore plus matinale

Ces bons résultats ont incité la chaîne à conserver sa grille des programmes quasi-intacte. Seuls changements notables: la matinale, regardée par 2,5 millions de Français, débute désormais à 4h30 au lieu de 6h avec un nouveau duo (oui, «il se passe des choses à cinq heures du matin», assure Guillaume Dubois), et BFMTV propose désormais en semaine des reportages de sept à huit minutes trois fois par soir. «L’émission "7 jours BFM" lancée le week-end l’an dernier a été un succès. On a donc décidé de donner plus de place au reportage»  en semaine pour «offrir un meilleur décryptage de l’actualité», explique Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de la chaîne d’information en continu. Il promet également plus de politique à l’antenne, dans l’optique des élections municipales et européennes de 2014.

La chaîne attentive à la HD et l’émergence de la 4G

«On ne change pas, mais on avance», assure-t-il. Les dirigeants de BFM TV ont insisté ce mercredi sur l’innovation, éditoriale mais aussi technique, rappelant que la chaîne était la première cette année à avoir eu recours à un drone pour couvrir l’actualité. Par ailleurs, la haute définition (HD) et la 4G sont des enjeux importants cette année. L'émergence de la 4G est «très importante pour la diffusion en mobilité», a déclaré Alain Weill. Elle permet à la fois réactivité (5 minutes d'images en 3G nécessitent 10 minutes d'envoi, contre une seule en 4G) et qualité de l’image.

Cette année, BFM TV va se doter d’une charte, en cours de rédaction, a par ailleurs annoncé Alain Weill: «On est un média très puissant (…) On a un devoir de grande rigueur et le souci d’avoir une éthique connue de tous».  Parmi les sujets discutés, l’ampleur donnée à une actualité ou encore la vérification de l’information. Souvenez-vous de la cacophonie médiatique provoquée par la chaîne en annonçant à tort l’arrestation de Mohammed Merah au printemps 2012.