La banlieue reprend la main et les mots

©2006 20 minutes

— 

Le chômage reste élevé dans les cités populaires et même si des efforts ont été faits depuis un an, les jeunes de milieu modeste et issus de l'immigration peinent à ne plus être des mal-aimés de l'emploi, selon des professionnels chargés de l'emploi.
Le chômage reste élevé dans les cités populaires et même si des efforts ont été faits depuis un an, les jeunes de milieu modeste et issus de l'immigration peinent à ne plus être des mal-aimés de l'emploi, selon des professionnels chargés de l'emploi. — Joël Saget AFP/Archives

Jamais mieux servi que par soi-même ? Jeudi sur France 2, Arlette Chabot posait dans « A vous de juger» la question suivante : « Un an après la crise des banlieues, ou en est-on ? » A la fin de l'émission, une voix dans le public l'interpellait : « Vous ne donnez pas la parole aux principaux concernés ! » Et la directrice de l'info de soupirer : « C'est compliqué, le dialogue... »

Compliqué, au point que les habitants des cités ont cessé d'attendre une oreille médiatique attentive. Si les journalistes ont mauvaise presse depuis longtemps, « le traitement des événements d'octobre a déclenché un vrai ras-le-bol... et une réaction », commente Mohamed Hamidi, prof d'économie et coordinateur du Bondy Blog*. Créé par des reporters de L'Hebdo de Lausanne, en novembre 2005, ce journal en ligne a été repris par neuf jeunes bondynois, soucieux d'écrire « leur » vérité sur les quartiers. Une démarche épousée par les vidéastes amateurs de La Cathode, à Bobigny. Une soif de participation relayée par les collectifs citoyens de Montfermeil ou Clichy-sous-Bois qui, depuis l'embrasement de l'automne, multiplient débats et colloques. « Les journalistes ne cherchent en banlieue que des clichés, et dès que c'est dans la boîte, ils s'en vont, déplore Chou, Bondy-blogueur de 23 ans. Nous, on est là soir et matin. » Emploi, discriminations, précarité : sur chaque sujet, un regard neuf... et proche du terrain. Un ancrage dans le réel qui fait défaut aux pros. « Si on part seul, à la hussarde, on est mal barrés, mais si on prend un guide, le discours sera orienté, analyse Jean-Pierre Montanay, reporter au « Sept à huit » de TF1. Difficile de trouver le ton juste ! » De janvier à juin, France 3 a esquissé un pas de côté, en diffusant dans « Soir 3 » les reportages de jeunes de Seine-saint-Denis, pilotés par l'association La Cathode. Aveu d'échec des méthodes traditionnelles, expression de la mauvaise des pros ? « Désir de multiplier les angles, objecte Gilles Trenel, alors rédacteur en chef. Sauf qu'ils se sont mis à livrer des sujets très formatés... » La collaboration n'a pas eu de suite.

Dès janvier en revanche, La Cathode lancera un site assorti d'« images de banlieue » glanées partout en France. Quant au Bondy Blog, il couvrira la présidentielle, avec des lycéens de ZEP intronisés correspondants. « On reste fidèles à notre philosophie de l'amateurisme », avance Mohamed Hamidi. Ce parti pris séduit les pros : Yahoo ! et Sciences-Po se sont portés volontaires pour parrainer le projet.

Christel Brigaudeau

*www.bondyblog.fr