La Sacem dévoile le top des artistes, festivals et tournées qui ont généré le plus de droits en 2012

MUSIQUE Moins de tournées, plus de concerts. L’étude de la Sacem dresse un bilan contrasté de l’économie du spectacle musical en France en 2012…

Benjamin Chapon
— 
Johnny Hallyday sur scène à Tel Aviv le 30 octobre 2012.
Johnny Hallyday sur scène à Tel Aviv le 30 octobre 2012. — MARC ISRAEL SALLEM/LEVINE/SIPA

Jeudi lors du Printemps de Bourges, la Sacem dévoilera une étude sur le spectacle vivant. 20 Minutes vous en présente en exclusivité quelques points.

Tout d’abord, si vous n’avez assisté à aucun concert en 2012, on peut dire que vous l’avez cherché. La Sacem a recensé 95.800 concerts et festivals (+2% par rapport à 2011), soit 262 par jours. A quoi on peut ajouter les 10.500 concerts symphoniques pour atteindre une moyenne de 291 concerts donnés par jours en 2012.

Du côté des festivals, la Sacem a établi un top 10 des événements qui lui ont permis de collecter le plus de droits d’auteur, c'est-à-dire les festivals où le plus de morceaux ont été joués. Les Vieilles Charrues arrivent en tête devant Rock en Seine et les Eurockéennes, puis Solidays et les Nuits de Fourvière. Viennent ensuite Musilac, Main Square et Nice Jazz Festival.

A part Madonna et Lady Gaga, où sont les femmes?
En 2012, les artistes ayant reçu le plus de droits d’auteur grâce à leurs tournées sont Johnny Hallyday, Madonna et Coldplay. Viennent ensuite les surprises du top 10: Julien Clerc, Scorpions puis Laurent Gerra. M Pokora arrive en septième position et devance Sexion d’Assaut, Lady Gaga et Metallica.

La Sacem a également défini un portrait-robot des artistes ayant perçu des droits grâce à leurs concerts en 2012. Ils résident majoritairement en Ile-de-France, ont entre 30 et 45 ans et sont… des hommes. Seul 12% d’entre eux sont des femmes. Et quand une femme parvient, malgré tout, à donner des concerts, ses revenus sont inférieurs de 20% à ceux des hommes.

La Sacem profitera du Printemps de Bourges pour tenir une table ronde sur le thème furieusement d’actualité «Comment le numérique a favorisé l’innovation et l’exposition du spectacle vivant».