Confessions Intimes, la télé-réalité: Qui sont les rois de la Social TV?

RESEAUX SOCIAUX Facebook, Twitter ou Instagram offrent une seconde vie aux programmes télé. Les clés des chaînes pour en profiter le plus possible…

— 

Le plateau de l'émission de TF1 "The Voice"
Le plateau de l'émission de TF1 "The Voice" — TF1

Commentez des émissions sur Twitter, liker la page d’un programme télé sur Facebook, jouer sur Internet à un jeu TV en même temps que sa diffusion… Toutes ces activités ont un nom: la «Social TV». C’est du moins sous cette expression que certains, dont NPA Conseil qui faisait une présentation des «Clés de la Social TV» mardi matin, regroupent ces activités. «On a commencé à étudier tout cela début 2011 car les compteurs commençaient à s’affoler, note Philippe Bailly, président de NPA. Pour atteindre le chiffre record d’1,5 million de tweets pour les NRJ Music Awards. Après cette première phase d’émerveillement, les chaînes ont tenté d’enrichir cette expérience et de la monétiser». Que font TF1, France Télévisions, Arte ou M6 pour profiter de cette intense activité? Réponses chiffrées.

8,2 millions de tweets ont parlé télé en mars 2013

Le phénomène est exponentiel. Depuis septembre 2012, le volume des tweets concernant les programmes télé a été multiplié par cinq. Pour atteindre 8,2 millions de tweets au mois de mars 2013. Pendant la première semaine d’avril, 1 million de tweets ont été émis au sujet de programmes des chaînes historiques (en gros les six premières).

La Social TV, le nouveau chienchien à sa mémère

«La Social TV joue un rôle de compagnon pour le téléspectateur», note Maxime Pannetier de NPA. Elle permet de consulter les statistiques de Roland Garros en le regardant sur France Télévisions, d’avoir accès à des éléments de contexte historique pendant la diffusion des Borgia sur Canal+ ou de jouer en direct à qui veut gagner des millions sur TF1.

Les critères pour faire parler d’une émission télé

Au dernier Mip TV, un dirigeant du Twitter britannique avait expliqué comment les chaînes anglaises faisaient chauffer les réseaux sociaux. En France, selon NPA, les critères de succès sont l’horaire -il est différent de celui du prime time télé, 38% des interactions sociales ont lieu après 23h-, la chaîne -mieux vaut s’appeler #TF1 pour plaire aux internautes, 40% des interactions tournent autour de cette chaîne- et le genre -le divertissement, en particulier la télé-réalité, condense 35% des interactions.

Les leviers pour créer le buzz télé

Il y a des critères, des paramètres qui expliquent le succès. Mais il est aussi possible de le provoquer. Pour cela, mieux vaut avoir un dispositif antenne efficace en affichant des tweets à l’écran, faire en sorte que l’animateur de l’émission se manifeste sur les réseaux sociaux et avoir une dramaturgie efficace: des buts, des éliminations, du suspens sont gages de succès.

Le buzz fait il monter l'audience télé?

Reste «la question à 100.000 dollars», dixit Philippe Bailly: y a-t-il une corrélation entre audience de la Social TV et audience télé? Et la réponse, en gros, est: pas sûr mais quand même un peu. Par exemple, pour sa saison 2, The Voice a fait 11% de plus de buzz sur Internet et son audience a augmenté de 1%. Parmi les programmes où la corrélation serait la plus grande on compte le divertissement et, nouveauté, les films ciné diffusés à la télé et commentés sur le web.

NPA, dont c’est le cœur de métier, a aussi largement profité de cette conférence pour présenter à d’éventuels clients (chaînes ou annonceurs) de nouveaux outils destinés à mesurer l’ensemble de cette activité liée à la télé sur les réseaux sociaux. Selon l’un d’entre eux, il est à noter que Confessions Intimes recueille un excellent indice en terme de Social TV. Amusant, quand on sait que c’est une émission tout à fait similaire qui en Grande-Bretagne a fait exploser le web!