Patrick Braoudé: «J’ai beaucoup travaillé le sourire de François Hollande»

TELE Dans La Dernière Campagne mercredi soir sur France 2 défilent les sosies de Sarkozy, Chirac, Moscovici et bien d’autres. Interview de Patrick Braoudé, qui incarne François Hollande...

Propos recueuillis par Alice Coffin

— 

Les premières images du téléfilm de France 2 «La dernière campagne».
Les premières images du téléfilm de France 2 «La dernière campagne». — CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

Connaissez vous les sosies mimétiques de Nicolas Sarkozy, Jacques, Bernadette et Claude Chirac, Patrick Buisson, Nathalie Kosciusko-Morizet  ou François Hollande? Tous ces personnages politiques, ou plutôt les acteurs et actrices qui les incarnent de manière assez jubilatoire, sont au générique de La Dernière campagne. Un téléfilm sous forme de fable politique où un Jacques Chirac sympathique (Bernard Le Coq) qui perd la boule se met à se rêver en coach de François Hollande (Patrick Braoudé) pendant la campagne 2012. Patrick Braoudé explique à 20 Minutes comment il a réussi à camper François Hollande.

Il y a eu un casting pour savoir qui jouerait François Hollande?

Non pas vraiment. D’ailleurs moi, je n’ai pas été trop surpris d’être sollicité car pendant la campagne mes enfants m’avaient dit: «Oh mais y’a un truc, t’es pas complètement sosie mais dans l’allure générale tu ressembles à Hollande!»

Cela a nécessité une grosse préparation?
Il y a des détails physiques à régler. Avoir la même couleur de cheveux, les mêmes lunettes, les mêmes vêtements… Ca, c’est le boulot des maquilleuses et costumières. J’ai aussi fait un gros travail en lisant une bio d’Hollande pour le sentir. Et puis je l’ai énormément regardé. J’avais en tête son image dans tous les meetings, je savais comment il parlait, comment il se tenait!

Qu’est ce qu’il y a de caractéristique chez Hollande?

Ce n’est pas un personnage de gestuelle comme Sarkozy. Denis Podalydès avait pu par exemple s’appuyer sur ses tics, ses soubresauts, ses mouvements du corps dans La Conquête. François Hollande maintient son corps très droit. J’ai remarqué qu’il ne sait jamais quoi faire de ses mains. Et puis il y a son sourire… J’ai beaucoup travaillé son sourire.

Sur le plateau, aviez-vous l’impression de croiser les vrais Chirac et Sarkozy?

Oui. Surtout Bernadette Chirac! Pareil pour les acteurs qui jouent Stéphane Le Foll, Pierre Moscovici et Manuel Valls, j’étais curieux de savoir qui avait été retenu. J’ai trouvé cela ressemblant. J’ai aussi été épaté par le Patrick Buisson joué par Eric Emmanuel-Schmitt, on y croit complètement même si physiquement Buisson est un peu plus fin.

Avez-vous été en contact avec François Hollande?
Non, en revanche on m’a pris pour lui. Une nuit de tournage j’étais sur les quais, habillé en François Hollande, et des étudiants se sont approchés et m’ont parlé, ils croyaient vraiment que c’était lui!