Un magazine corse censure une enquête en collant ses pages

MEDIAS L'article du mensuel «Corsica» évoquait des présumées fraudes massives aux subventions pour la construction de gîtes ruraux sur l’île de beauté...

A.G.

— 

Le magazine Corsica a censuré sa propre enquête avec de la glue. Une opération de collage qui aurait coûté 4.000 euros, selon L'Express.fr.
Le magazine Corsica a censuré sa propre enquête avec de la glue. Une opération de collage qui aurait coûté 4.000 euros, selon L'Express.fr. — CAPTURE D'ECRAN

Les lecteurs du mensuel Corsica ont dû être surpris ce mois-ci en feuilletant le magazine. Pas de pages 48 et 49 dans le dernier numéro. On passe directement de la page 47 à la page 50. Pourtant, dans son sommaire, le titre annonçait une enquête sur un détournement présumé de subventions du conseil général de Corse dans ces pages inexistantes. En y regardant de plus près, nos confrères de L’Express.fr ont remarqué que les deux pages faisant état de ce détournement d’argent avaient simplement été collées entre elles. Il apparaît alors que Corsica a censuré sa propre enquête avec de la glue. Une opération de collage qui aurait coûté… 4.000 euros.

Une «mesure de prudence» 

Frédéric Poletti, le directeur de la publication du magazine, a reconnu auprès de France 3 Corse avoir fait sceller les pages incriminées, qui portaient la photo de l’ex président du conseil général de Haute-Corse, Paul Giacobbi. Et il assume totalement sa démarche tout en réfutant le terme de «censure». Interrogé par L’Express.fr, il a évoqué une «mesure de prudence» liée aux «risques judiciaires régulièrement encourus». Frédéric Poletti explique qu’en cas de condamnation pour diffamation, sa «petite structure» n’aurait pas pu assumer les frais, avant d’ajouter: «J'aurais aimé que les choses se passent différemment mais nous n'avons pas eu le temps de discuter avec le rédacteur suffisamment en amont.»