Natalie Nougayrède va diriger «Le Monde»

MÉDIAS es membres de la Société des rédacteurs du «Monde» se sont prononcés ce vendredi sur sa candidature. Elle devient la première femme à diriger le quotidien...

Anaëlle Grondin

— 

La journaliste Natalie Nougayrède, en février 2013 à Paris.
La journaliste Natalie Nougayrède, en février 2013 à Paris. — MIGUEL MEDINA

C’est officiel. Proposée par les actionnaires du groupe au poste prestigieux de directrice du Monde,  la journaliste Natalie Nougayrède prendra les rênes du quotidien. Les quelque 450 membres de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) ont été appelés à voter ce vendredi pour ou contre sa désignation, et c’est le «pour» qui l’a emporté.  Natalie Nougayrède devient ainsi la première femme à diriger le journal.

Agée de 46 ans, la journaliste, lauréate du prix Albert Londres en 2005 pour ses reportages en Tchétchénie, a rejoint le service étranger du Monde en 1996 après avoir travaillé pour Libération. Il a fallu plus de deux mois et demi après la mort du précédent directeur, Erik Izraelewicz, pour que Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, les actionnaires du journal, s'accordent sur son nom.

«Dans la continuité d'Erik Izraelewicz»

Le 22 février dernier, Natalie Nougayrède avait défendu sa candidature devant les journalistes de la rédaction. Son audition a duré plus de trois heures au siège parisien du journal. «Je veux être une vigie de l'information de qualité», avait-elle déclaré. «Je n'ai qu'un seul credo, la défense du journal, de sa qualité et de son indépendance». «J'assume l'effet de surprise de ma candidature», avait-elle poursuivi, précisant avoir pris cette décision seule et tirer sa légitimité «d'être journaliste». Natalie Nougayrède a aussi indiqué qu’elle se situait «dans la continuité d'Erik Izraelewicz» et insisté sur sa volonté de renforcer le «bi-média» qui articule web et version papier.

Les gérants de la SRM, dans un message interne dont l'AFP a obtenu copie, avaient défendu la candidate: «Natalie Nougayrède est une journaliste irréprochable, dotée d’une vraie éthique professionnelle. Elle ne transige pas avec les principes. Par son parcours et son expérience du terrain, elle est reconnue en France comme à l’étranger. Sa compréhension des enjeux internationaux l'aidera à déployer Le Monde sur tous ses supports».