«Le Magazine de la santé» fête ses 15 ans

TELEVISION Une émission spéciale célèbre ce mardi à 20h40 sur France 5 l’anniversaire du programme animé par Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes…

Alice Coffin

— 

Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse lors de la conférence de rentrée de France Télévisions, le 28 août 2012.
Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse lors de la conférence de rentrée de France Télévisions, le 28 août 2012. — BENAROCH/SIPA

Mardi soir, «Le Magazine de la santé» fête ses 15 ans avec un prime time de deux heures. Ce n’était pas gagné pour les 90 minutes désormais quotidiennes présentées par Michel Cymes, Marina Carrère d’Encausse et Benoît Thévenet. «Cela n’a pas été une promenade de santé», résume Christophe Gerin dans le ton mi-sérieux mi-blagueur qui résume l’émission.

Des débuts laborieux

«On a eu la chance, explique Michel Cymes, de commencer sur une chaîne qui n’avait pas de téléspectateurs.» Mi-blagueur mi-sérieux donc. A ses débuts, le programme dure sept minutes et s’appelle «Le Journal de la santé». Désormais il est regardé par en moyenne 750.000 téléspectateurs. Le record se situe à 1,8 million pour une émission sur le lait.

Au chevet de l’émission
Aux manettes, «Michel qui est très drôle et Marina qui est très intelligente», explique le producteur Christophe Gerin, qui s’y connaît en concept puisqu’il est aussi à l’origine de «Faites entrer l’accusé».  Comment fonctionne le trio? «Marina fait tout, résume Michel Cymes. J’arrive vers 13h35, je regarde les fiches, je m’assois et je cherche des conneries à raconter.» Marina Carrère d’Encausse explique, elle, que «Michel a sept idées tous les matins». «Il y a un gros travail de désamorçage, il en a tellement qu’il y en a forcément des bonnes», s’amuse Benoît Thévenet.

Le zapping de Michel

Les blagues et les «conneries» de Cymes valent une certaine notoriété à l’émission, qui régulièrement se retrouve au «Zapping» de Canal+. «Au départ, France 5 voulait donner une image de sérieux. Depuis, cela s’est détendu mais je ne fais pas tout cela pour passer au “Zapping” ou dans les bêtisiers!» explique-t-il.

Qu’en disent les médecins?

Médecins, ils le sont eux aussi. Cymes consulte deux fois par semaine dans un hôpital dont il préfère taire le nom: «C’est compliqué d’exercer quand on passe à la télé car du coup on nous prend pour un Dieu, un prix Nobel de médecine!» Le producteur confirme et présente ses «excuses à tous les médecins qui, à cause de nous, ont pendant leurs consultations, ont le droit à des tas de questions de patients qui ont regardé l’émission». De manière générale, Marina Carrère d’Encausse estime que «la Faculté accueille bien l’émission et que les médecins sont contents de venir en plateau».

Mediator, vaccins, don du sang, une émission engagée

«Le Magazine de la santé», et peut-être encore plus «Enquête de santé», une collection de documentaires diffusés, n’hésitent pas à prendre position. «J’ai mis des cartons rouges sur la campagne de vaccination», rappelle Michel Cymes. Alors que Marina Carrère d’Encausse rappelle s’être engagée depuis longtemps «pour le don du sang par les homosexuels. Cela m’arrive sur beaucoup de sujets, je le fais en m’appuyant sur des données et des connaissances précises». Le magazine avait aussi été la seule émission à recevoir en plateau Irène Frachon, à l’origine de la révélation du scandale du Mediator, alors que le laboratoire Servier tentait de censurer son livre. Elle sera comme d’autres présente pour les 15 ans du «Magazine» mardi soir.