France Télévisions: Pflimlin supprime les directions de chaîne

avec AFP

— 

Rémy Pflimlin, le PDG de France Télévisions, a décidé de supprimer les directions de chaînes et de mettre en place un nouvel organigramme, avec à sa tête un "Conseil de présidence" composé de quatre membres, selon un communiqué publié lundi.
Rémy Pflimlin, le PDG de France Télévisions, a décidé de supprimer les directions de chaînes et de mettre en place un nouvel organigramme, avec à sa tête un "Conseil de présidence" composé de quatre membres, selon un communiqué publié lundi. — Lionel Bonaventure afp.com

Rémy Pflimlin, le PDG de France Télévisions, a décidé de supprimer les directions de chaînes et de mettre en place un nouvel organigramme, avec à sa tête un «Conseil de présidence» composé de quatre membres, selon un communiqué publié lundi. Le nouvel organigramme sera présenté en comité central d'entreprise le 19 février et doit entrer en vigueur le 25 février. 

Les chaînes France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô seront désormais dirigées par les directeurs de programme et d'antennes actuels. Ils seront directement rattachés à Bruno Patino, l'un des quatre membres du «Conseil de présidence», nommé directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques.

Il s'agit d'un véritable revirement puisqu'à son arrivée à la tête du groupe en août 2010, M. Pflimlin avait nommé des patrons de chaînes, à contre-courant de son prédécesseur Patrick de Carolis, qui avait supprimé ces postes. A l'époque, Rémy Pflimlin avait justifié ces nominations par une volonté de «renforcer» l'identité des chaînes. Avec cet organigramme, dont les femmes sont absentes, Rémy Pflimlin oppose une fin de non-recevoir à la demande du gouvernement de nommer un numéro deux à ses côtés. A l'image du poste de directeur général de France Télévisions qu'occupait Patrice Duhamel à l'époque de Patrick de Carolis.

Négociations avec le ministère de la Culture

Ce changement intervient en pleines négociations entre France Télévisions et le ministère de la Communication sur l'avenant au Contrat d'objectifs et de moyens (COM), visant à redéfinir les objectifs du groupe public, confronté à une baisse de son budget. Parmi les questions soulevées, les nouvelles missions de France 3, l'avenir de France O, le lancement d'une chaîne pour les enfants, la place de la «scripted-reality» (reconstitution de faits divers par des acteurs) sur les chaînes publiques ou l'avenir du documentaire.

Rémy Pflimlin explique ces changements par une volonté de «s'adapter au nouveau contexte technologique, concurrentiel, économique et social de son action», alors que le groupe a dû engager des plans d'économies pour faire face à une baisse de son budget cette année. Le Conseil de présidence, qui a «autorité sur l'ensemble de l'entreprise» est composé de Martin Ajdari, Patrice Papet, Thierry Thuillier et Bruno Patino, qui occupent déjà actuellement des postes de directeurs généraux au sein du comité exécutif de France Télévisions.

Martin Ajdari est promu secrétaire général et directeur général délégué aux ressources. M. Thuillier, dont le projet de «rapprochement» des rédactions de France 3 et France 2 est contesté par les journalistes de France 3, va prendre les rênes de l'information de toutes les chaînes. M. Papet continue de diriger l'organisation et les ressources humaines. Bruno Patino, actuellement directeur de France 5 et en charge du développement numérique de France Télévisions, est promu directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques.

Il n'y aura plus de patrons à la tête de France 2, France 4 et France 5, qui seront dirigées par les directeurs de programmes actuels. Seuls les «réseaux» France 3 et France O auront des directeurs. Tous seront rattachés à Bruno Patino. Jean Réveillon, directeur de France 2, et Emmanuelle Guilbart, directrice déléguée aux programmes et patronne de France 4, vont quitter le groupe public. Claude Esclatine, actuellement à la tête de France O et des chaînes d'Outre-mer 1ère, devient directeur général adjoint en charge du projet de modernisation de l'entreprise.