Oprah Winfrey, la confesseuse de l'Amérique

MEDIAS Les célébrités semblent confondre le plateau d'Oprah avec le cabinet de leur psy. Armstrong est le énième sur la liste, et pas le moindre...

Annabelle Laurent

— 

Oprah Winfrey le 16 avril 2012. 
Oprah Winfrey le 16 avril 2012.  — Frank Gunn/AP/SIPA

Oprah a encore frappé. Jeudi et vendredi, le monde entier découvrira ce que Lance Armstrong lui a avoué sur son passé de dopé, lundi, à Austin, au cours d’un entretien fleuve de 2h30. «Je ne m'attendais pas à ce qu'il se confesse tel qu'il l'a fait», a fini par lancer mardi la célébrissime animatrice. Suspense. L’Américain a enfin lâché le morceau, clame une source anonyme. Mais Oprah se garde bien sûr d’en dire plus. Un plan de com’ bien huilé, en somme, dans lequel la reine du talk-show a tout à gagner pour imposer sa chaîne de télévision, OWN. Mais peu importe. Aucun journaliste sur cette planète n’aurait même osé rêver d’une telle sortie d’Armstrong, et c’est à nouveau un coup d’Oprah. Pourquoi elle?

«Lance Armstrong a choisi Oprah pour que son message soit le plus entendu possible, mais sans doute aussi pour son côté rassurant, qu'il ne trouverait pas chez d'autres intervieweurs. Avec Oprah, s'il a bel et bien avoué, il a la possibilité d'apparaître aux yeux du public comme étant en train de se racheter, car j'imagine qu'elle le questionne, plus ou moins durement, mais aussi qu'elle donne le sentiment qu'il peut rebondir et se reconstruire, car c'est une idée très forte chez elle», explique à 20 Minutes Robert Thompson, spécialiste des médias à l'Université de Syracuse. 

Incontournable depuis 1986

Armstrong choisit Oprah, pas l'inverse. Harceler les stars, Oprah ne sait pas ce que c’est. Les stars viennent à elle, et c'est ainsi depuis plus de 25 ans. Oprah est devenue animatrice de télévision à 22 ans. A 32 ans, en 1986, elle lance l’Oprah Winfrey Show, et cinq ans plus tard seulement, elle se rend chez Michael Jackson en Californie. Le chanteur n’a alors pas donné d’interview depuis… quatorze ans.

En 1997, elle chante avec Paul Mc Cartney. Quelques mois plus tard, Hillary Clinton vient souffler avec elle ses 50 bougies. Puis Will Smith. Madonna. Bill Clinton. Jennifer Aniston, qui vient boire le champagne quelques mois après sa rupture avec Brad Pitt…  Tom Cruise, et ses fameux bonds sur le sofa, transi d’amour pour Katie Holmes, en 2005.

 Le couple Obama lui rend visite en 2011. Malgré une telle liste, l’interview de Lance Armstrong est «la plus grande» de sa carrière, assure Oprah. Et à ceux qui s’interrogent sur sa légitimité dans ce face-à-face, elle répond fermement: «J'étais prête comme si je passais un examen à la fac, (...) j'avais 112 questions prêtes et les plus importantes ont été posées».

La meilleure amie de l’Amérique

Des dizaines de livres se sont interrogés sur le pouvoir d’Oprah Winfrey, surnommée «la meilleure amie de l’Amérique». Admirée pour avoir surmonté une enfance tragique, Oprah est l’incarnation de «l’American dream». En 1984, dans son talk-show dont le sujet était l'abus sexuel, l’animatrice révèle avoir été violée par son cousin, son oncle, et un ami de la famille dès l'âge de 9 ans.Et avoir accouché à 14 ans d’un enfant qui décédera quelques jours plus tard. Tout au long de sa carrière, Oprah n’hésitera jamais à dévoiler son histoire, encourageant ses invités à en faire de même.

Son patrimoine est aujourd’hui estimé à 2,7 milliards de dollars. Elle est la milliardaire noire la plus riche du monde. Elle est aussi l’une des stars les plus généreuses des Etats-Unis. Et habituée des coups d’éclats. Pour la première de sa 19e saison, l’animatrice avait offert une voiture à chacun des 276 invités de l’émission. Elle finance toutes sortes d’associations, venant en aide aux victimes de Katrina, aux femmes battues, et bien d’autres encore.

D’animatrice à gourou

Admirée, respectée, elle est aussi très écoutée, au point d’être considérée comme une guide spirituelle par ceux qui dévorent ses livres et sa revue, l’Oprah magazine. «Ses admirateurs les plus fervents regardent chacune de ses interventions religieusement, la citent en tant qu’experte dans leur vie quotidienne, et cherchent à obtenir n’importe quelle produit portant son nom», note Nerve.com dans un papier tentant de trouver «10 raisons de détester Oprah».

«On demande aux femmes d’être parfaites sur tous les plans. Oprah leur dit: "D’abord, vous n’avez pas à l’être", avant de donner d’innombrables conseils pour tenter de l’être, tout en assumant totalement qu’elle-même est imparfaite», analyse Kathryn Lofton, auteur d’Oprah, le Gospel d’une icône. Oprah sait parler à n’importe qui. People, politiques, sportifs. Elle voit l’interview comme une sorte de catharsis, aussi bien pour le spectateur que pour l’interviewé.

«Alors que les autres émissions se tournaient vers la comédie ou du contenu choc, Oprah a inventé la seule émission qui émeut et fait réfléchir en même temps». Voilà selon une tribune de Forbes la formule magique de «la meilleure amie de l’Amérique» pour transformer son plateau en un cabinet de psy… riche en révélations.