T

TELEVISION Une

Alice Coffin

— 

Reggie Yates, présentateur de la version anglaise de The Voice, et du télécrochet Tourette's Superstar.
Reggie Yates, présentateur de la version anglaise de The Voice, et du télécrochet Tourette's Superstar. — SIPA

«Six nouvelles chaînes sont créées aujourd’hui en France, mais dans le monde on peut dire qu’une nouvelle chaîne naît par jour. Si on ajoute à cela la multiplication des écrans, on aboutit à une multiplication des genres», a expliqué Jacques Braun, vice-président d’Eurodata TV, qui présentait mercredi matin avec le cabinet IMC Nota, son étude bi-annuelle sur les grandes tendances TV internationales. Panorama.

La télé solidaire plaît...

Si «la déferlante "The Voice" continue», explique Julie  Espérance, consultante chez Eurodata précisant que l’adaptation égyptienne a réalisé les meilleures audiences pour un lancement cette saison, les gros succès d’audience proviennent d’abord de la télévision solidaire. «La crise est partout, note Valentin Tual, consultant chez IMCA, mais la télé a décidé de proposer des alternatives en proposant des programmes qui mettent en avant générosité et entre-aide». Comme ça, cela paraît bien. Mais attention. Cela pourrait un jour, en France, provoquer la naissance d’une émission où Laurent Ruquier, Sophie Davant et les animateurs de France 2 ne se contentent plus, comme ils en ont l’habitude, de jouer ensemble une pièce de théâtre, mais décident de gérer un hôtel ensemble. C’est le cas des  stars de la chaîne anglaise Channel 4 aux manettes d’ «Hotel 4». Gordon Ramsay et ses collègues s y occupent d’un établissement dont les recettes sont reversées à des associations caritatives. La tendance est mondiale. «Mais en Asie, note Valentin Tual, elle prend plus une forme compétitive». Exemple, «Japan Salesman» qui incite des personnalités à vendre le plus possible de produits, pour une bonne cause.

... surtout avec du Gilles de la Tourette

L’étude Nota place également une émission comme «Tourette: Let Me Entertain You» au rayon de la TV Soldaire. En France, les victimes du syndrome de la Tourette ont fait les beaux jours de «Ça se discute» ou d’autres émissions. BBC3 organise, elle, un télé-crochet dont les candidats sont atteints du syndrôme. «C’est une émission bienveillante où on dépasse le handicap physique, explique Julie Espérance, cela permet de mettre en avant ces personnes la plupart du temps dans l’ombre». Ou de s’offrir une audience en toute bonne conscience.

 

 

L’apocalypse est déjà là et Chloé Savigny joue les transexuelles tueuses à gage

Autre recette pour l’audience: l’horreur, l’apocalypse, la terreur… Surtout, en fiction. «En fait, note Pascal Joseph, d’IMCA, on retrouve les deux jambes sur lesquelles a toujours marché la télé. D’abord accompagner les gens avec cette "feel good télé", solidaire, qui répond à la crise. Et puis, une fonction cathartique, pour montrer aux gens que cela pourrait être pire, notamment en fiction». Outre de nombreux programmes «fin du monde» orientés vers l’apocalypse, les séries adoptent les anti héros. «Aux Etats-Unis c’était avant réservé aux chaînes câblées qui programmaient des "Dexter" ou des "Walking Dead", désormais tout le monde s’y met». En Turquie « Subat » est cette série dont un jeune homme vivant dans les souterrains d’Istanbul est le héros. En Colombie, Pablo Escobar est le héros d’une fiction qui a atteint les 70% de part d’audience lors de sa première diffusion. Et en Grande Bretagne, Chloé Savigny joue les transsexuelles tueuses à gage dans «Hit and Miss».