Légo Docks

— 

Le futur Dock des Suds sera composé de containers démontables. Loin d’être saugrenue, l’idée est on ne peut plus réfléchie. Non seulement cela confère un esprit portuaire au lieu, mais surtout ce système de « Légo » pourra se monter rapidement. Un avantage de taille pour un chantier qui doit être achevé dans 80 jours. Autre élément d’explication, et non des moindres, l’enceinte pourra être récupérée si le Dock se fait retirer son terrain situé sur le Port autonome. Une éventualité qui pourrait devenir réalité en 2012, date d’expiration de l’autorisation d’occupation temporaire (AOT) accordée par le Port. De surcroît, le Dock est installé à côté de plusieurs îlots sur lesquels Euroméditerranée a des projets d’urbanisme, selon Laurent Montrozier, Le président de l’association Latinissimo qui gère le Dock, assure qu’il « se battra pour prolonger l’AOT de deux ou trois ans supplémentaires, surtout que les bâtiments peuvent perdurer trente ans ».
Pourtant, l’association semble partagée. « Cela nous plaît de ne pas être installé à vie dans cet endroit parce que l’esprit de l’équipe, c’est de réhabiliter des friches pour les investir quelques temps », soutient Florence Chastanier, la déléguée générale de Latinissimo. En tous les cas si le Dock doit partir, « on pourra démonter et remonter la structure en ne déboursant que 10% du coût initial », se satisfait Laurent Montrozier.

Anouk Batard 

Montant de la facture du nouveau bâtiment du Dock des Suds : entre 2,4 et 3 millions d’euros. Un budget surtout pris en charge par la ville de Marseille et le conseil général (à hauteur de 800 000 euros chacun), mais aussi le conseil régional, qui a pour l’instant voté une participation de 400 000 euros.