Potins, chansonnettes et vieilles dentelles

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Elles sont là tous les jours, toute l'année. Même banc, même place, celle de Lenche, quartier du Panier. Lisette, Toinette, Riri ou Rosalie ont entre 63 et 83 ans. Une joyeuse bande de vieilles dames assez bruyantes, bien décidées à profiter de la vie ! « On parle de tout, explique Adrienne, “Riri” pour les copines. De cuisine, de la famille, des petits soucis, de choses qui font rire aussi ! » Riri, c'est le boute-en-train, toujours prête à pousser la chansonnette. D'ailleurs, la voilà qui roucoule de sa voix de rossignol un « je voudrais un joli bateau pour aller avec toi sur l'eau »... Et les hommes, dans tout ça ? « Ils sont tous morts, ma belle ! Moi, ça va faire trente-sept ans », lance Toinette. Il y a bien les messieurs du bas de la place, mais les filles se contentent de les saluer quand elles passent devant.

L'horloge de la pharmacie indique 18 h 30. Lisette se lève : « Ce soir, je reçois mes enfants, il faut que j'aille préparer l'apéro. A demain ! » C'est là que les deux Jeannette font leur entrée, éventail à la main. « Vous étiez au loto ? » demande l'assistance. « Aujourd'hui, on est allées au Cyclope pour changer un peu ! », minaude Jeannette. « Et qu'est ce que tu danses le mieux ? » « Le paso-doble ! ». En fait, les Jeannette sont comédiennes : « Dis, avec la chaleur qu'il fait, on risque pas de danser ! » Depuis toujours, ça marche comme ça : on pique, on asticote, on taquine. Mais avec beaucoup de tendresse. « Quand une manque à l'appel, on s'inquiète et on va voir, assure Riri. Parfois, on se retrouve au resto pour aller manger une pizza. » Un petit air frais se glisse sur la place. « Il va pleuvoir cette nuit. Tant mieux, ça fera du bien à la nature ! » philosophe Riri. « Ça me rappelle le bossu de Jean de Florette. Peuchère... J'ai la cassette à la maison. A chaque fois que je la vois, je pleure », ajoute, pensive, Toinette.

Sarah Marengo