Il y a le ciel, le soleil et l'ozone...

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les hostilités ont débuté. Depuis fin mai, les pics de pollution par l'ozone se multiplient dans la région. Une musique habituelle l'été, orchestrée par les associations agréées de surveillance de la qualité de l'air, comme Airfobep, à Martigues. « Nous avons trente-cinq stations effectuant des relevés tous les quarts d'heure, note Jean-François Mauro, directeur d'Airfobep. Les infos sont diffusées quasiment en temps réel. »

Depuis 2004, en parallèle à des mesures à long terme (lire interview), les préfets ont arrêté quatre niveaux d'alerte, de la limitation de vitesse sur certains axes à l'arrêt de la production dans les usines. « Il faut agir en simultané sur les sources mobiles [véhicules] et fixes [industries], explique Martial François, chargé de mission à la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire). Les industries peuvent décaler des opérations, comme le transport de bacs pouvant émettre des polluants. » En 2005, la Drire a réalisé vingt et un contrôles inopinés pour vérifier le dispositif.

Pour faire respecter les limitations de vitesse, la préfecture met en place des contrôles routiers systématiques, même si aucun relevé sur les infractions « ozone » n'est effectué. Son impact sur la pollution est lui aussi difficile à évaluer. « Les transports représentent sur le département 49 % des émissions d'oxyde d'azote, qui entre dans la composition de l'ozone, assure Jean-François Mauro. C'est une source non négligeable. Toute action visant à limiter la vitesse à un impact. En tout cas, ça ne peut pas faire de mal... »

Stéphanie Harounyan

3 associations agréées se partagent la surveillance de la qualité de l'air en Paca : Qualitair (06, 04 et 05), Airmaraix (Var, Vaucluse et Est des Bouches- du-Rhône) et Airfobep (Ouest des Bouches-du-Rhône). 180 microgrammes par mètre cube d'air dépassé sur une heure. C'est le seuil d'information-recommandation à la population. 34 c'est le nombre de jours de dépassement du seuil en 2005 en Paca. Il était de 60 jours en 2003, année de la canicule.