Affluence de parrains pour les sans-papiers

©2006 20 minutes

— 

Plus de 700 sans-papiers, adultes et enfants, ont été parrainés, samedi, par des militants marseillais réunis à la mairie des 15e et 16e arrondissements. Quelques-uns viennent d'Afrique ou d'Europe de l'Est, la plupart sont arrivés du Maghreb. Malika Bara a quitté la Kabylie « où on avait peur de tout » afin de protéger son fils Rabah, bientôt 5 ans et scolarisé, pour la France « où on a peur des policiers ». Leur marraine, Paulette Honde, 59 ans, revendique son geste au nom des valeurs qu'elle a apprises « à l'école de la République » et d'une tradition familiale. « Ma grand-mère avait reçu des Italiens, ma mère a aidé des Espagnols pendant la guerre, aujourd'hui, c'est mon tour », explique-t-elle simplement. Les associations escomptaient 150 à 200 parrainages. Au final, environ 400 ont été recensés. Devant l'affluence, trois élus ont procédé toute la journée à la signature des certificats. Au même moment, un étudiant tunisien en DEA à la faculté d'Aix-en-Provence, Fathi Toualbi, était expulsé de Marseille par bateau.

F. L. (avec AFP)