Le MoDem marseillais prêt à entrer au gouvernement

— 

Le MoDem marseillais franchit un nouveau pas en direction du Parti socialiste. Après le premier tour de l'élection présidentielle, plusieurs élus de la cité phocéenne avaient appelé à voter François Hollande en appelant de « de leurs vœux à une majorité nouvelle et raisonnable pour la France ». Lundi, pour la présentation des candidats du Mouvement Démocrate aux élections législatives, les deux leaders marseillais de la formation centriste, Christophe Madrolle, secrétaire général adjoint du parti, et Jean-Luc Bennahmias, député européen, sont allés plus loin. Ils ont estimé qu'ils faisaient désormais partie intégrante de la majorité présidentielle. Mieux, ils se disent « prêts » à prendre leurs responsabilités. Comprendre, intégrer le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. « Si on nous demande d'y participer, nous sommes disponibles, indique Bennahmias. Il faut exister politiquement. On ne peut pas rester au milieu du gué et avoir inventé le centre d'opposition ».
Qu'en pense François Bayrou, le président-fondateur du MoDem ? « Je ne sais pas. Peut-être ne le sait-il pas lui-même », répond le député européen. « On propose une participation au gouvernement, précise Christophe Madrolle. Après, Bayrou dira ce qu'il veut. On verra bien ce qu'il fera. Laissons le avancer dans le bourbier béarnais. Pour l'instant, c'est un candidat parmi 400 autres ».

Douze candidats dans seize circonscriptions

Pour les élections législatives, le Modem présente 12 candidats dans les Bouches-du-Rhône. Il n'y aura pas d'impétrants centristes dans les 11e, 12e, 14e et 16e circonscriptions. Officiellement, pour ne pas risquer de voir le Front National arriver au second tour. « Nous ne voulons pas lui laisser la moindre marge de manœuvre », indique Christophe Madrolle.