Les marins-pompiers sur tous les fronts (2/2)

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Un vallon difficilement accessible, en pleine zone d'habitations, le tout balayé par les flammes. Une configuration catastrophe idéale pour l'exercice feu de forêt, organisé hier par les marins-pompiers de Marseille au pied de la cité Les Néréides (11e). Quarante engins, un hélicoptère, un Canadair et 120 personnes ont participé à la manoeuvre qui mettait à l'épreuve leur réactivité et leur efficacité pour préparer la saison 2006. « Le but est de se rapprocher le plus possible de la réalité, explique le commandant Martin. C'est une synthèse des difficultés : accessibilité restreinte, habitations à proximité... » Autres bâtons dans les roues des pompiers, un mistral soufflant à 40 km/h, un blessé et un camion renversé.

« On applique les leçons de l'an passé, notamment pour améliorer la géolocalisation des véhicules, les transmissions... », note l'amiral Henri Lechat. L'occasion de mesurer, par exemple, les résultats sur le terrain du simulateur de feu sur ordinateur dont disposent désormais les élèves marins-pompiers. L'exercice incluait aussi un volet sensibilisation, via une rencontre avec les élèves de l'école primaire des Néréides. La prévention fait partie des objectifs prioritaires, avec l'accentuation des actions de débroussaillement. « On essaie de relever la barre, assure Philippe Berger, adjoint au maire délégué aux marins-pompiers. Nos équipes tournent. Et on continue à verbaliser. » Avis aux amateurs : l'amende s'élève à 135 euros.

S. H.

Théoriquement, en cas d'incendie, neuf maisons sur dix brûlent si le débroussaillement n'a pas été fait, contre une sur dix si le travail a été effectué, expliquait hier le commandant Jean-Pierre Roger.