Espoir de dialogue pour les sans-papiers

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Quelques tentes, des matelas et un thermos de café pour tromper l'attente. Après deux mois d'occupation de l'ancien Office des migrations internationales, plusieurs familles de sans-papiers se sont installées le 1er juin dans la cour du centre diocésain le Mistral (1er) pour réclamer leur régularisation. Les associations de soutien avaient demandé l'intervention de l'archevêché auprès du préfet afin d'ouvrir les négociations, au point mort depuis des mois. Message reçu : une délégation d'organisations catholiques et oecuméniques sera reçue vendredi à 16 h 30 en préfecture. Une satisfaction, même si les sans-papiers regrettent que leurs représentants n'aient pas été conviés à la réunion... « Nous ne sommes pas des porte-parole, mais des médiateurs, souligne Laurence Ducellier, directrice du Mistral. Nous espérons qu'il y aura une ouverture : le préfet a quand même une marge de manoeuvre. »

« On vit dans le suspense, mais quoi qu'il arrive, on continuera », assure Mohamed, délégué des familles. Comme la plupart des sans-papiers du Mistral, ce père de quatre enfants s'inquiète de l'expiration, le 30 juin, du sursis accordée par Nicolas Sarkozy aux élèves sans papiers et à leurs parents. « Ces enfants, c'est pas n'importe quoi. Peut-être qu'un jour, ils deviendront quelqu'un. Comme Sarkozy : lui aussi est fils d'immigré », note-t-il.

Selon le Réseau Education sans frontières (RESF), entre 500 et 1 000 élèves sont menacés d'expulsion dans le département. Pour l'été, une campagne de parrainage a été lancée*. « Le parrain s'engage à garder le contact avec la famille sans papiers pour pouvoir agir en cas d'urgence », explique Florimond Guimard, membre de RESF. Un dispositif d'alerte en cas d'arrestation va également être mis en place.

S. H.

* Rens. : mail à resf13@no-log.org

Un pique-nique de soutien aura lieu demain à partir de 11 h devant l'hôtel de Ville pour interpeller le maire, également vice-président du Sénat, qui examine à partir d'aujourd'hui le projet de loi sur l'immigration.