La Mutualité en sursis

mickaël penverne

— 

Environ 400 personnes ont manifesté leur soutien au GCM.
Environ 400 personnes ont manifesté leur soutien au GCM. — p. magnien / 20 minutes

Ils ont gagné une première bataille. Le procureur de la République a demandé mardi au tribunal de grande instance (TGI) de Marseille de prolonger la période d'observation du Grand Conseil de la Mutualité (GCM). La décision sera rendue le 9 mai. Généralement, le tribunal suit les recommandations du ministère public. Placé en redressement judiciaire en novembre dernier, le GCM, qui gère 11 centres mutualistes et emploie environ 1 200 personnes, devrait donc obtenir un sursis de six mois.

Une mission de service public
« Le tribunal a entendu les administrations, les collectivités, les élus et les médecins qui veulent continuer de travailler sur un projet alternatif viable et fiable », s'est aussitôt félicité Nathalie Lefebvre, conseillère régionale Front de gauche. « Dans ma commune, plus de 80 % de la population fréquente régulièrement un des centres mutualistes, a indiqué Jean-Marc Charrier, maire PCF de Port Saint-Louis. Ils rendent donc une mission de service public. Il est temps d'arrêter de vendre les bijoux de famille. » Ce délai de six mois (s'il est accordé par le tribunal le 9 mai) sera mis à profit pour éclaircir la situation budgétaire du Grand Conseil de la Mutualité, dont le déficit atteint plusieurs millions d'euros. Puis, de bâtir un plan de redressement alternatif (ou complémentaire) à celui de la direction. Selon la CGT, l'administrateur judiciaire devrait nommer rapidement un cabinet d'experts pour éplucher les comptes du GCM. « Nous avons besoin d'informations fiables pour pouvoir élaborer de vraies perspectives d'avenir », a justifié Hélène Honde de la CGT, devant environ 400 personnes venues manifester devant le palais de justice. Au milieu d'une foule soulagée, Frédérique, secrétaire administrative au comité d'entreprise du GCM, savoure pleinement la victoire : « La lutte a payé. Ce n'est pas terminé c'est sûr, mais on va continuer. Plus que jamais. »

redressement

Dans un communiqué, la présidente du GCM, Sandra Cammilleri-Allais, assure vouloir poursuivre « sa phase de concertation (...) en vue de parfaire son plan de redressement qui lui permettra de pérenniser son exploitation ».