Le Frioul et l'incinérateur enflamment MPM

©2006 20 minutes

— 

« Au lieu de pousser des cocoricos, soyez un peu plus prudents. Nous ne sommes qu'à la mi-temps. » Jean-Claude Gaudin était bien décidé, hier matin dans l'hémicycle de Marseille-Provence-Métropole (MPM), à calmer les ardeurs de l'opposition sur le dossier de l'incinérateur, pourtant non inscrit à l'ordre du jour de la séance plénière. Et les amabilités ont fusé, chaque partie accusant l'autre de laisser inutilement traîner le dossier en multipliant les procédures. « Il ne sert à rien de vouloir passer en force sans concertation », a estimé pour sa part Robert Bret (PC). La semaine dernière, la cour administrative d'appel a reconnu à Ouest-Provence le droit d'interdire l'incinérateur de déchets sur son territoire. Mais la bataille juridique est loin d'être terminée, le préfet ayant l'intention de saisir le Conseil d'Etat.

Autre sujet houleux abordé lors de cette séance de la communauté urbaine, la desserte du Frioul. Sans surprise, la délégation de service public a été confiée, pour douze ans, à la compagnie Frioul If Express (groupe Véolia Transport), qui dessert actuellement l'archipel. Trois navires d'une capacité totale de 600 places devraient remplacer d'ici huit à dix mois le Guillaume Seznec et le Jacques de Thézac. Pour le groupe communiste, les tarifs, presque inchangés, sont jugés « discriminatoires et inacceptables » pour les Frioulais.

Sarah Marengo

La chaîne Marseille va recevoir 67 500 e de MPM au titre de la prime régionale d'aménagement pour le territoire. Elle devrait contribuer à embaucher 45 salariés.