Hier, les fouilles ont mis au jour beaucoup de pneus ou de chaussures.
Hier, les fouilles ont mis au jour beaucoup de pneus ou de chaussures. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Marseille

une partie du bassin explorée

archéologie Des fouilles au Vieux-Port

Des recherches archéologiques inédites sont menées actuellement dans le bassin d'eau du Vieux-Port, dans le cadre du projet de semi-piétonnisation. A l'emplacement des futures estacades, les reconnaissances sont effectuées avec une pelle mécanique. Elle explore les sédiments déposés entre 5 et 9 mètres de profondeur.

« Richesse de la ville »
« Le Vieux-Port n'a jamais fait l'objet de recherches archéologiques, explique Frédéric Leroy, le directeur adjoint pour la recherche archéologique préventive à la Drassm. Les fouilles menées à Marseille depuis 30 ans ont montré la richesse de la constitution de la ville ». Au collège Vieux-Port, des vestiges de l'époque grecque archaïque ont été découverts. Autour du Lacydon, un amas de coquilles d'huîtres préalablement mangées date de l'âge du bronze. « Une découverte plus ancienne que Marseille », note Nicolas Weydert, le responsable des opérations à l'institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il y a deux ans, 18 amphores avaient également été trouvées lors de la creusée d'une tranchée de 4 mètres de profondeur, « entre le Fort Saint-Jean et la Major, précise Frédéric Leroy. Or, on pensait qu'à cet endroit il n'y avait pas de port ». Le bassin du Vieux-Port, en l'état, n'est rempli d'eau que depuis 5 000 ans. « Le dernier quai connu se trouvait au niveau de la deuxième zone d'immeubles Pouillon », côté mairie, raconte Nicolas Weydert. Alors, pourquoi ne pas y trouver « une épave médiévale » engloutie ou « un campement paléolithique » ? Si ce rêve d'archéologue se réalise, les fouilles qui devraient se terminer le 24 février, seraient évidemment prolongées au-delà, bousculant le calendrier des travaux du Vieux-Port.