Tableau noir pour Marseille

Jérôme Comin

— 

L'absentéisme se concentre surtout dans les collèges.
L'absentéisme se concentre surtout dans les collèges. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Un absentéisme bien présent à Marseille. L'union départementale des associations familiales des Bouches-du-Rhône (Udaf 13) a publié hier une étude quantitative concernant ce phénomène. Objectif : proposer une analyse démographique entre 2004 et 2010 de l'absentéisme dans le département. Ce sont ainsi 55 810 élèves au total, dans le second degré, qui n'ont pas été en cours durant cette période.

« Une multiplicité de facteurs »
Mais ce que révèle surtout l'étude est que Marseille concentre à elle seule 66 % des absentéistes du département (36 692 élèves). Pire, le taux d'absentéisme est de 10 % dans la cité phocéenne alors qu'il n'est que de 3 % dans le reste des Bouches-du-Rhône. Des chiffres qui n'étonnent pas Rodrigue Coutouly, principal du collège Jules-Ferry de Marseille (15e). « L'absentéisme d'un enfant est souvent à mettre en relation avec la situation économique précaire de sa famille, détaille-t-il. La ville étant fortement touchée par le chômage, il est logique que le phénomène soit amplifié ici. » Une amplification que l'on retrouve au niveau des collèges, qui rassemblent 70,9 % de l'absentéisme dans le second degré, où Marseille affiche un taux de 13,2 % alors qu'il n'est que de 3,5 % dans le reste du département. « Le collège est le lieu de tous les dangers, pointe Rodrigue Coutouly. Les enfants se transforment vite en ados et s'opposent à des parents parfois dépassés car dans la difficulté. » « L'absentéisme résulte d'une multiplicité de facteurs qui rentrent en jeux, poursuit Laurent Chillio, chargé d'étude pour l'Udaf 13. Et ce premier volet de notre étude, qui sera suivi par une enquête qualitative, montre déjà que la sanction sur les prestations familiales n'est pas forcément la bonne solution pour lutter contre le phénomène. Il faut pouvoir agir en amont. »