des affiches contre le syndrome du bébé secoué

amandine rancoule

— 

Les bébés doivent être tenus par la tête : ils ne peuvent pas tenir leur crâne.
Les bébés doivent être tenus par la tête : ils ne peuvent pas tenir leur crâne. — MELKI MARC/SIPA

Une campagne d'affichage pour prévenir le syndrome du bébé secoué. L'union régionale des professionnels de santé, médecins libéraux de Paca (URPS ML) a édité près de 3 500 affiches, distribuées cette semaine chez les professionnels de santé.

50 % de récidive
« Il y a trois affiches qui doivent être vues pour permettre aux parents d'interpeller leur docteur, explique Paul Fredenucci, médecin et coordinateur du comité de pilotage sur la maltraitance à l'URPS ML. Le but n'est pas de rendre les parents coupables mais de les rendre responsables ». En France, 200 cas de bébés secoués sont recensés chaque année dans les services de pédiatrie d'urgence. Parmi eux, 10 à 14 % décèdent. À l'hôpital de la Timone (10e), une trentaine de cas ont été enregistrés ces quatre dernières années. Un chiffre probablement sous estimé, estiment les médecins. « Souvent, quand les parents s'aperçoivent d'un problème, ils expliquent que leur enfant est tombé d'une chaise, du lit etc, raconte Paul Fredenucci. Mais on sait qu'une chute de 80 cm peut engendrer des fractures mais pas des éclatements de petites veines comme constatés dans le cas de bébés secoués, car le cerveau ne prend pas toute la place dans le crâne ». Dans la plupart des cas, le syndrome du bébé secoué se retrouve chez des couples très jeunes, âgés de 18 à 22 ans, et 70 % des fois, le compagnon, qui n'est pas le géniteur, secoue le bébé d'avant en arrière pour qu'il cesse de pleurer. La campagne a aussi pour but d'éviter la récidive, observée une fois sur deux. Et les conséquences sont très graves chez l'enfant : problèmes neurologiques graves, troubles du comportement, cécité… « Il faut que les parents se calment pour pouvoir calmer leur bébé, estime Paul Fredenucci. Ils peuvent, par exemple, coucher le bébé sur le dos et sortir de la pièce . »