Polémique sur la tactique anti-voiture

©2006 20 minutes

— 

Moins de voitures dans le centre-ville de Marseille, d'accord, mais comment et à quel prix ? Le débat a fait rage hier au conseil municipal, lors de la présentation du plan-cadre du stationnement pour 2006-2011. Grands axes : réduction du nombre de places en surface, extension des horodateurs, création de parkings résidents en centre-ville et de parkings relais en périphérie, pour rabattre vers les transports en commun les habitants qui n'utilisent leur voiture que pour le trajet domicile-travail.

Patrick Mennucci (PS) ouvre les hostilités en dénonçant « une politique de bricolage et d'incohérence ». « Vous repoussez sans cesse les échéances pour les parkings résidents et vous lancez le tramway avant d'avoir les parkings-relais, égrène l'élu. Rien n'est dit sur la tarification des places résidents. Quant aux 8 000 places que vous voulez financer sur fonds publics, elles représentent 240 millions d'euros, deux ans d'investissements de la communauté urbaine, hors métro et tramway. » Pour Annick Boët (PC), le plan stationnement « va surtout servir à faire partir du centre-ville les Marseillais qui n'ont pas l'argent de se payer le parking ». Maire des 4e et 5e arrondissements, Bruno Gilles (UMP) promet un tarif « de 90 e par mois » pour les résidents. Quant aux parkings-relais « ils seront gratuits pour les abonnés RTM », assure Maurice Talazac, délégué (UMP) au stationnement. « Et les places à horodateurs, nous en avons moins que Brest ou Aix ! », tacle l'élu. Confrontée à la grogne des riverains, la mairie a différé l'extension des horodateurs, revu les tarifs et certaines exonérations.

La société Eiffage, qui gère les horodateurs, a présenté la facture pour ce « fait du Prince » : 300 000 E. La mairie a transigé à 180 000 E. « Cette transaction est un scandale, s'emporte encore Patrick Mennucci. Nous attaquerons cette décision devant le tribunal administratif. »

Frédéric Legrand

Marc Blondel a accusé le gouvernement de « néo-poujadisme », dans une interview au Monde, et se dit prêt à « tenir le maximum de temps ».