Eyguières sous le choc la mort de Madison

©2006 20 minutes

— 

C'est Joël Sylvestre, le maire d'Eyguières, qui l'annonce aux habitants : « J'ai une mauvaise nouvelle. On a retrouvé le corps de Madison sans vie. Je vous demande le calme, laissez travailler les enquêteurs. On a attrapé un gars. C'est dur, je ne peux pas vous dire comme c'est dur. » Malgré ses appels , plusieurs habitants ont laissé exploser leur colère hier après que le corps de la petite fille âgée de cinq ans, disparue de chez elle dans la nuit de vendredi à samedi, a été retrouvé dans une maison du village. Après l'annonce du maire, une échauffourée éclate entre villageois et gendarmes, certains appelants à la peine de mort « pour ceux qui touchent aux enfants de cinq ans ».

Dès le matin, plusieurs dizaines d'habitants, pour la plupart des jeunes, s'étaient regroupés devant la maison autour de laquelle, peu après 10 h 30, les gendarmes ont établi un périmètre de sécurité. Rien n'est encore officiel, mais tous ont compris que Madison est morte. Plusieurs adolescentes pleurent. Tous veulent des informations. « On a cherché pendant des jours, on doit nous dire », lance un jeune homme. Depuis la disparition de l'enfant, tout le village s'était mobilisé et avait participé aux battues, inspectant près de 20 km2 aux côtés de 200 pompiers et des gendarmes. Dimanche soir, encore, parquet et gendarmerie se disaient optimistes, refusant de privilégier l'hypothèse d'un enlèvement.

Pour autant, les gendarmes ont entendu les proches de la famille. C'est dans ce but qu'ils se seraient rendus dans la maison où la fillette a été retrouvée. A leur arrivée, l'occupant de la maison, qui serait un ami de la mère de Madison, aurait tenté de se suicider. Blessé, il a été évacué par hélicoptère depuis le terrain de tennis qui sert de PC aux recherches. A Eyguières, village de 5 000 âmes, beaucoup disent ne pas le connaître.

F. L. avec AFP

« Maintenant, c'est la maman de Madison qui a besoin de soutien » , a souligné le maire. La grand-mère de la filette est suivie depuis hier par une cellule psychologique.