Les grands changements sous l'ère Deferre

— 

 1 Le métromarseillais sur les rails


Fervent partisan de l’arrivée de l’autoroute dans
le centre-ville, Gaston Defferre estime pourtant dès 1964 que l’explosion de la circulation automobile «risque de compromettre l’avenir de Marseille ». Il lance le projet d’unmétro. A l’époque, l’opposition gaulliste juge le projet irréaliste. Le chantier démarre en 1973. Defferre inaugure la première ligne de
métro, reliant La Rose à Saint- Charles en 1976. Le métro est prolongé jusqu’à Castellane en 1978, puis jusqu’à la Timone en 1992. La ligne 2 est ouverte en 1984, achevée en 1987. Aujourd’hui, le métro transporte près de 60 millions de personnes par an. «Mais Marseille continue à payer les emprunts contractés par Defferre pour le construire », a coutume de rappeler Jean-Claude Gaudin.


2 Les trois coups pour la Criée


Après le transfert du marché à Saumaty en 1976, l’idée de transformer en un théâtre l’ancien marché aux poissons du Vieux-Port fait son chemin.«Al’époque, beaucoup de jeunes s’étaient lancés dans le développement du théâtre àMarseille, qui ne comptait que deux salles, raconteConstant Vautravers, membre de l’Académie de Marseille et ancien rédacteur en chef du Provençal. Gaston a rencontré Marcel Maréchal et ils avaient imaginé un
véritable complexe rassemblant des salles pour les représentations et pour des cours. » Marcel Maréchal
prendra la direction du théâtre après son inauguration, en 1981.


3 Au secours de l’assistance publique


Dès le XIXe siècle, le projet d’implanter un hôpital dans les quartiers Nord est à l’étude pour désengorger les urgences de l’Hôtel-Dieu. C’est finalement sous l’èreDefferre que les travaux seront lancés. La première pierre de l’hôpital Nord est posée en 1959 et l’inauguration du bâtiment a lieu en 1964.«Defferre, qui comme tous les maires de Marseille présidait le conseil d’administration de l’Assistance publique, a été très actif à ce poste, souligne le Pr Yves Baille. C’est aussi lui qui a ouvert l’hôpital Cantini en 1956 et le CHU de la Timone en 1974. » C’est là que GastonDefferre décédera en 1986 dans le service du Professeur Vigouroux, qui lui succédera plus tard au poste de maire.


4 Logement : bâtir beaucoup et vite


Arrivé à lamairie en 1953,Defferre est confronté à une ville en pleine reconstruction, dont une grande partie du centre-ville, commele Panier et la Bourse, a été totalement détruite par les Allemands. Il lance un programme de constructions à marche forcée. «Defferre a fait construire des centaines de milliers d’habitations », explique Charles- Emile Loo, son compagnon de route. Le mouvement s’accélère encore après 1962, notamment dans les quartiers Nord, après l’arrivée des rapatriés d’Algérie.Ces immeubles vite construits vieilliront très mal. «Defferre a supprimé les bidonvilles », relève l’historien Emile Temime. Il a aussi créé les futures « cités difficiles » de Marseille.


5 Le centre Bourse : la pierre ou le béton ?


La construction du centre commercial de la Bourse, réalisation avant-gardiste pour l’époque, devait être une formalité. Mais dès les premiers coups de pioche, en 1967, les ouvriers tombent sur des vestiges grecs et romains. En 1974, c’est un navire du 1ersiècle après J.-C. qui refait surface. Un dilemme pour Defferre, coincé entre les promoteurs – sous le coup
de pénalités en cas de retard des travaux – et des archéologues, soutenus par André Malraux, qui veulent sauver les vestiges. Defferre coupe la poire en deux : les ruines partageront l’affiche avec le centre commercial. Lot de consolation pour les archéologues : le musée d’Histoire deMarseille occupe une partie du sous-sol du complexe.


6 L’A7 arrive porte d’Aix


Defferre est favorable à l’arrivée de l’autoroute en centre-ville. L’échangeur de l’A7 sera implanté porte d’Aix en 1970. « L’époque était au tout voiture, explique Pierre Figueras, directeur général adjoint
d’Euroméditerranée. Paris et Lyon ont elles aussi lancé ce genre d’opération. En même temps,Defferre a tenté de protéger l’hypercentre des voitures en réalisant Plombières et la couverture du Jarret. » Aujourd’hui, Euroméditerranée prévoit de faire reculer pour 2011 l’A7 jusqu’au bd Leclerc.

F. L., J. G., S. H.