Une nouvelle victoire judicaire

— 

ain de cause. Les Prud'hommes ont donné hier raison aux salariés de Fralib, usine de thés et d'infusion de Gémenos. Au total, 21 employés réclamaient le paiement intégral de leurs salaires des mois de septembre et d'octobre. Au motif qu'ils étaient grévistes, la direction de l'entreprise leur avait amputé leur paie. « Il est surprenant que le Tribunal décide que des salariés, occupant illégalement un site industriel malgré trois décisions de justice ordonnant libération, doivent être rémunérés », a estimé la direction, indiquant qu'elle ferait appel de cette décision tout en « l'exécutant provisoirement ». De leurs côtés, les employés dénoncent « une démarche scandaleuse et inacceptable visant en réalité à affaiblir la mobilisation ». Depuis le 17 novembre, date de l'annulation du plan social d'Unilever par la cour d'appel d'Aix, les salariés attendent de retourner au travail. La direction a commandé un audit sur l'état du site avant d'envisager une réouverture. Selon elle, il a été constaté « un mauvais état général du site ». L'audit devrait encore se poursuivre.