SNCM : « oui » au plan de relance

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

A 77 %, les salariés de la SNCM ont voté « oui » pour le plan de relance de la compagnie proposé par Véolia Transport et le fonds d'investissements Butler, a annoncé hier la direction de la compagnie. Le scrutin, ouvert depuis vendredi et clos hier, affiche un taux de participation de 74 % sur les 2 200 salariés de la SNCM. Le plan de relance prévoit une économie de 20 millions d'euros sur la masse salariale, avec la suppression de 400 postes équivalents temps plein, sans licenciements secs. Hier, les syndicats assuraient que le vote des salariés n'était pas un blanc-seing à Véolia. « Pour le moment, le plan de relance n'est qu'une série de voeux pieux, estime Bernard Marty, secrétaire (CGT) du CE de la SNCM. On attend d'avoir des documents comptables sérieux pour négocier au sein du CE, comme la loi le prévoit. Notamment sur la masse salariale : Véolia prévoit d'ouvrir des lignes, logiquement, elle devrait plutôt augmenter. » « Il faut vérifier si ces 20 millions d'économies sont nécessaires, et si c'est sur la masse salariale qu'il faut les réaliser, analyse Daniel Roses (CFE-CGC). Il faut aussi prendre en compte l'évolution des recettes. Les clients peuvent revenir à la SNCM. » Les négociations au sein du CE pourraient s'ouvrir dès juin, alors que la SNCM prépare son dossier de candidature pour la desserte publique de la Corse à partir de 2007. Véolia et Butler ont conditionné leur entrée dans la SNCM à l'obtention de ce marché. Après le vote du cahier des charges par l'Assemblée de Corse, les syndicats sont plutôt optimistes.

F. L.

Le plan de relance prévoit aussi que les salariés possèdent 9 % du capital de la SNCM, pour détenir avec l'Etat une minorité de blocage. Les modalités de cet actionnariat salarié sont encore inconnues.