Tony l'anguille n'a pas filé

hanifa charif

— 

Antoine Cossu, alias « l'anguille », pour sa capacité à échapper à la police.
Antoine Cossu, alias « l'anguille », pour sa capacité à échapper à la police. — frederic ploquin

A 71 ans, Antoine Cossu n'a pas cherché à fausser compagnie, dimanche soir, aux agents de la police judiciaire de Nice venus l'interpeller dans un bar marseillais. Surnommé « Tony l‘anguille », l ‘enfant du quartier populaire de Saint-Mauront, (3e), a décidé de s'expliquer devant le juge Philippe Dorcet, de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirs), chargée de la criminalité organisée.

Quinze personnes en examen
Depuis septembre 2010, le magistrat instruit une enquête portant sur un trafic de stupéfiants par hélicoptère entre la France et l'Espagne. Dans cette affaire, impliquant notamment le Corse Francis Castola, dont le frère et le père ont été tués dans des règlements de comptes, une quinzaine de personnes ont déjà été mises en examen. La justice les soupçonne d‘être parvenus à écouler plusieurs centaines de kilos de cocaïne et des tonnes de haschich. Le mois dernier, l‘enquête a connu une brusque accélération avec l‘arrestation à Aix du trafiquant italien, Carmelo Guagenti. Antoine Cossu, dont le domicile de Balaruc a été perquisitionné va garder le silence, selon les recommandations de Frédéric Monneret, son défenseur. Condamné à plusieurs reprises notamment pour des braquages, Antoine Cossu a obtenu une licence en Sciences Eco, décrochée en prison. L'homme, ex-beau-frère et homme de confiance du marseillais Francis Vanverberghe, dit « le Belge », assassiné en 2000 à Paris, a aussi publié deux romans pendant sa détention.