une épidémie toujours importante

amandine rancoule

— 

Le test de dépistage rapide, mis en place par les centres de dépistage anonymes et gratuits depuis quelques mois.
Le test de dépistage rapide, mis en place par les centres de dépistage anonymes et gratuits depuis quelques mois. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

L'épidémie est toujours très active. Si le nombre de nouvelles découvertes de séropositivité stagne en France, avec 6 300 cas l'année dernière, soit 100 de moins qu'en 2009, la région Paca enregistre une forte hausse. Elle est la deuxième région de France métropolitaine en proportion de tests positifs par rapport à la population, après l'Ile-de-France. Depuis 2003, 1 974 nouvelles déclarations de séropositivité ont été enregistrées. « Entre 2008 et 2009, on remarque une très nette augmentation du nombre de personnes séropositives, explique le docteur Brigitte Reboulot, la directrice du centre régional d'information et de prévention du sida (Crips). L'augmentation se confirme et s'accentue d'au moins 18% sur le premier semestre 2010 ».

« Se faire dépister »
De 2003 à 2010, les contaminations par usage de drogues par voie intraveineuse représentent 4 % des découvertes de séropositivité. « Au début de l'épidémie en Paca, l'injection de drogues était le principal mode de contamination dans la région, souligne Brigitte Reboulot. Ces deux dernières années, on assiste à une épidémie nouvelle. » Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes représentent en effet 58 % des nouvelles déclarations, selon l'Institut de veille sanitaire. « Ramené à l'effectif des personnes homosexuelles, le risque de rencontrer le VIH est bien supérieur dans cette population que chez les hétérosexuels, analyse Cécile Chaussignand, la coordinatrice des actions régionales à Aides. Il faut absolument se faire dépister pour pouvoir, en cas de séropositivité, avoir accès aux soins rapidement et se protéger ». Dans la région, on dénombre 8 à 15 fois plus de nouvelles séropositivités par le VIH chaque année que de décès liés au sida. Si le dépistage est précoce en Paca, 36 % des cas de sida diagnostiqués en 2010 concernent toutefois des gens ignorant leur séropositivité.http://paca.lecrips.net

sida

Avec 7 779 cas de sida déclaré en 2010, Paca est la 2e région la plus touchée, après l'Ile-de-France. Il représente 11,7 % des cas en déclarés en France.