Habités par la protestation

Jérôme Comin

— 

Des «indignés» hier face à la mairie.
Des «indignés» hier face à la mairie. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La colère contre la taxe d'habitation est criée sur tous les toits à Marseille. Alors que les contribuables avaient jusqu'à hier ou au 15 décembre pour la payer, les actions pour dénoncer sa forte hausse se sont multipliées ces derniers jours. Jeudi dernier, ce sont ainsi près de 200 dossiers de demandes de dégrèvement (lire l'encadré) qui ont été déposés par une délégation du comité chômeurs CGT au centre des impôts (2e). Car face à une augmentation moyenne de près de 14 % cette année, de nombreux Phocéens se retrouvent face à des difficultés financières. Notamment dans les quartiers nord où la hausse a atteint parfois 130 %.

« La mairie rafle la mise »
« J'ai été saisie par les habitants de Saint-Louis et du 15/16 qui ne comprennent pas cette augmentation et qui n'ont pas les moyens de la payer, se désole Samia Ghali, maire (PS) du 8e secteur, qui a reçu hier soir les principales associations de locataires. C'est d'autant plus choquant qu'ici, il n'y a pas de transports en commun et le service public n'est pas assuré. Nous allons demander des comptes au maire de Marseille lors du prochain conseil municipal. » Jean-Claude Gaudin est en effet particulièrement visé par les critiques des associations et de l'opposition qui lui reprochent la réduction de 15 à 5 % de l'abattement général de la taxe d'habitation, responsable selon eux de cette hausse. Une vingtaine « d'indignés » se sont d'ailleurs rassemblés hier soir devant l'hôtel de ville pour dresser une tente et afficher leur colère. « La taxe d'habitation est perçue à 70 % par la mairie, c'est elle qui rafle la mise, s'emporte Arielle, une des instigatrices de cette action. Elle compense ainsi la disparition de la taxe professionnelle. » « Dresser une tente ici est une façon symbolique de montrer qu'avec ce genre de politique fiscale, les gens vont finir par dormir dehors », souffle Chloé, actuellement au chômage.

Dégrèvement

Les demandes de dégrèvement de la taxe d'habitation transmises au centre des impôts peuvent être acceptées totalement ou partiellement par l'administration selon les cas. Pour en connaître les conditions : www.service-public.fr