La LGV est très critiquée

Jérôme Comin

— 

La future LGV pourrait passer au milieu de vignes et en zone urbaine.
La future LGV pourrait passer au milieu de vignes et en zone urbaine. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La contestation est sur les rails. La future LGV, censée rapprocher Nice de Paris, développer un arc méditerranéen Gênes-Barcelone et désengorger les lignes régionales existantes fait l'objet d'une opposition grandissante dans les Bouches-du-Rhône et le Var. Ce sont ainsi environ 2 000 personnes qui se sont rassemblées avant-hier au Beausset pour défiler contre ce projet à l'appel d'associations mais aussi d'élus tous bords de plusieurs communes concernées comme Bandol, Sanary, Saint-Cyr ou Aubagne.

« Calendrier électoral favorable »
« Nous sommes opposés à tous les tracés dans la zone sud car ils entraînent des destructions inacceptables de sites de terroirs uniques comme le vignoble de Bandol, affirme Olivier Thomas conseiller municipal d'opposition à Sanary (UMP). « Et puis c'est indécent de vouloir faire passer une LGV au milieu de villages, s'emporte Ferdinand Bernhard, maire (MoDem) de Sanary. Réseau ferré de France va détruire plus de maisons que les Allemands ne l'ont fait durant la Seconde Guerre Mondiale. » Engagé dans un processus de concertation autour de quatre possibles tracés depuis le 15 septembre et qui doit s'achever le 22 décembre (lire l'encadré), RFF n'a pas convaincu les acteurs concernés qui dénoncent le flou entourant le dossier. Du coup, la mobilisation va s'intensifier au cours des prochaines semaines. Dès aujourd'hui, les élus et représentants d'une quinzaine de communes vont se rassembler pour rédiger un manifeste contre la LGV qui sera remis aux préfets du Var et des Bouches-du-Rhône. Ensuite, le député maire (UMP) de Six-Fours, Sébastien Vialatte, interpellera la ministre de l'Ecologie et des Transports Nathalie Kosciusko-Morizet lors de la séance de questions à l'Assemblée. « Nous avons la chance de pouvoir profiter d'un calendrier électoral favorable avec la prochaine élection présidentielle, glisse Olivier Thomas. Il faut aussi faire de la pédagogie car les gens ne sont pas encore assez informés sur ce sujet. »

Calendrier

Après la phase de concertation, censée se terminer à la fin de l'année, la largeur des fuseaux sera réduite de 1 000 à 500 m et les aménagements annexes seront définis entre 2012 et 2014. L'enquête publique démarrera quand à elle en 2015 suivie par le début des travaux prévu pour 2018. Si le calendrier est respecté, les premiers trains rouleront en 2023.