Le coeur du slam bat au Poulpason

©2006 20 minutes

— 

« Ville, ossature de mille lumières/ infinies sont les ombres éblouissant ma sépulture... » Le jeune homme, caché dans un large blouson, un bonnet enfoncé sur les oreilles, est monté tranquillement sur scène, a offert ses mots au public. Quelques secondes, pas plus. Les applaudissements fusent. Pendant les soirées slam du Poulpason, à deux pas de la Plaine, déclame qui veut ses poèmes. « A la base, le slam vient des Etats-Unis. Là-bas, il désigne un concours de poésie orale alors qu'en France, c'est plutôt devenu un style de déclamation », explique Frédéric Nevchehirlian, membre du groupe Vibrion et organisateur de ces soirées.

Sur la petite estrade vont se relayer deux jeunes filles timides, un homme à l'écharpe jaune, Viviane et ses bottes rouges et la fantaisiste Françoise, qui interprétera de sa voix rauque La vie sexuelle de la femme élastique. Tous les âges, tous les styles. Chaque fois, le public attentif boit respectueusement les mots de chacun, même maladroits, même hésitants.

Assis au fond la salle, Frédéric observe, sourit, encourage et déclame aussi de temps en temps les textes de son choix : « J'ai vécu des moments magnifiques pendant ces soirées, fait des rencontres extraordinaires. Parfois, des gens prennent des risques incroyables, comme ce jeune homme qui a lu un poème sur une rose, une rose à la main. C'était loin d'être naïf, c'était beau, très actuel, presque politique. » Se réapproprier la parole, lui donner du poids et se faire plaisir : de quoi sortir quelques heures plus tard, un peu plus riche et confiant.

Sarah Marengo

La prochaine soirée slam a lieu demain au Poulpason, à partir de 21h30. Entrée : 4 e. S'inscrire sur place auprès de Frédéric pour monter sur scène. Chaque prestation donne droit à une consommation gratuite.