Ils ont mendié devant de la mairie

amandine rancoule

— 

Les associations dénoncent une « déclaration de guerre » pour les personnes les plus pauvres.
Les associations dénoncent une « déclaration de guerre » pour les personnes les plus pauvres. — VILLALONGA KARINE/SIPA

Des casseroles remplies de pièces de monnaie secouées devant l'hôtel de ville. Des pancartes « permis de vivre », ou « mendiants solidaires » brandies. Et des mains tendues. Une centaine de manifestants ont fait symboliquement la manche hier pour protester contre « l'arrêté anti-mendicité » adopté lundi par la ville. « Il permet de donner un cadre juridique à la police, s'est défendue Caroline Pozmentier (UMP), adjointe au maire déléguée à la sécurité. Elle va évidemment faire acte de discernement dans l'application de l'arrêté. Mais il ne s'agit en aucun cas de stigmatiser la détresse ou la personne qui tend la main. »

« Chasse aux pauvres »
Mais pour la communauté Emmaüs et la fondation Abbé-Pierre, organisatrices de la manifestation, il est bien question d'une « chasse aux pauvres ». « Le maire a toujours dit qu'il était un humaniste alors qu'il retire cet arrêté, estime Fathi Bouaroua, directeur régional de la fondation Abbé-Pierre. Pointer ceux qui mendient est un scandale, on vise à les déshumaniser en créant une criminalisation de la pauvreté ». Devant le panneau « Pauvreté et précarité, c'est ça la vraie insécurité », Eddie, un sans-domicile-fixe, prend la parole : « Je n'ai jamais été en prison, je dors dans la rue, raconte-il. En prenant cet arrêté, on nous oblige à devenir des délinquants. » Pour « stopper ces atteintes aux droits de l'humanité », les associations promettent d'autres actions et appellent à des sursauts citoyens.

une amende de 38 euros

L'arrêté interdit dans un large périmètre « de se livrer à toute forme de sollicitation ou appel à la quête de nature à entraver la libre circulation des personnes, la commodité du passage ou, d'une manière générale, à porter atteinte par ces comportements au bon ordre », sous peine d'une amende de 38 €.