Des agents de la RTM soupçonnés de détournements de fonds

©2006 20 minutes

— 

Trois agents de la RTM ont été mis en examen et écroués pour détournement de fonds, a-t-on appris hier de source judiciaire. Appartenant à la division financière de l'entreprise, ils sont suspectés d'avoir détourné de l'argent récolté dans les distributeurs de tickets. Depuis 1996, la RTM constatait un écart entre le nombre de billets vendus et les sommes récoltées. Selon les chiffres repris par la chambre régionale des comptes, les écarts étaient « relativement modestes » jusqu'en 2001, inférieurs à 80 000 E. La situation s'est ensuite « considérablement aggravée » avec 600 000 E de recettes non encaissées en 2002 et 1,1 million d'euros en 2003.

Après avoir commandé un audit, la RTM a fini par déposer plainte au parquet au printemps 2005. « Jusque-là, nous n'avions pas assez d'éléments, explique Marc Girardot, directeur général de la RTM. On pensait notamment que les écarts pouvaient être dûs au passage à l'euro. Certaines années, ils étaient même positifs, ce qui faisait penser plutôt à un problème informatique. »

Le parquet a ouvert une enquête préliminaire confiée à la brigade financière de la sûreté urbaine puis, en février 2006, une information confiée au juge d'instruction Frédéric Campi. « Parler d'un million d'euros, c'est une estimation en fonction des comptes de la RTM, précise Brice Robin, procureur adjoint de Marseille. On ne reproche pas aux trois suspects incarcérés d'avoir détourné un million. C'est très probablement moins. »

L'instruction se poursuit pour faire la part entre détournements et vraies erreurs d'encaissement et établir la destination des sommes détournées et d'éventuelles complicités. De son côté, la RTM a modifié son système de collecte. « L'audit pointait des anomalies de traçabilité et l'insuffisance des contrôles, explique Marc Girardot. Le système est plus fiable maintenant. »

Stéphanie Harounyan et Frédéric Legrand