Ils autopsient sans scalpel

amandine rancoule

— 

Les médecins marseillais sont les premiers en France à utiliser la méthode.
Les médecins marseillais sont les premiers en France à utiliser la méthode. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

C'est une première française. Les spécialistes de l'Hexagone se réunissent vendredi à l'hôpital de la Timone (5e), pour dispenser le premier cours sur l'autopsie virtuelle, a-t-on appris hier auprès de l'assistance publique des hôpitaux de Marseille (APHM). Une journée consacrée aux techniques de l'imagerie médicale, comme le scanner, capables de déterminer les causes de la mort sans atteintes physiques aux corps.

Premières équipes françaises
A Marseille, les radiologues du pôle d'imagerie médicale, dirigé par le professeur Jean-Michel Bartoli, ont réalisé depuis septembre 2008, plus de 150 examens de ce type. Ce sont les premières équipes françaises à s'intéresser au concept d'autopsie virtuelle. « Cette méthode propose une réelle valeur ajoutée, notamment dans les cas de mort inattendue du nourrisson, d'accident de décompression lors de plongées ou de morts par pendaisons ou balles », indique l'APHM. les données sont stockées et peuvent être utilisées a posteriori lors notamment d'une démarche judiciaire. Le procureur de la République, Jacques Dallest, devrait intervenir vendredi lors du colloque pour expliquer ce qu'attend la justice de cette méthode médicale.

iconographie

La pratique de l'autopsie virtuelle permet des reconstitutions en trois dimensions et une bonne localisation des corps étrangers.