Chacun son champion

Mickaël Penverne

— 

C'est la rentrée pour les politiques. Jean-David Ciot, nouveau patron du PS dans les Bouches-du-Rhône, a dressé hier un état des lieux de la fédération socialiste. A deux jours de la convocation devant la justice de Jean-Noël Guérini (lire l'encadré), à quatre jours de la Fête de la rose à Berre-l'Etang, où aucun responsable national n'est attendu pour l'instant, et à un mois du premier tour de la primaire qui aura lieu le 9 octobre, où le fonctionnement de la fédération sera scruté à la loupe, la plupart des « grands » élus du département se sont positionnés pour les deux favoris des sondages. Au grand dam de Ségolène Royal, Emmanuel Valls, Arnaud Montebourg et Jean-Michel Baylet, désormais deux camps se font face. François Hollande (lire l'interview p.10), qui est venu deux fois à Marseille, peut compter sur le soutien de Marie-Arlette Carlotti, Patrick Mennucci, Eugène Caselli, Guy Bono, André Guinde ou encore Janine Ecochard. Michel Vauzelle, président du conseil régional, devrait lui apporter officiellement son soutien aujourd'hui à l'issue d'une conférence de presse organisée à l'Assemblée nationale sur la lutte menée par les ouvriers de Fralib.

Andrieux, Guérini, Ciot orphelins
De son côté, Martine Aubry a obtenu les parrainages de Frédéric Vigouroux, Samia Ghali, Gaëlle Lenfant, Christophe Masse ou encore de Lisette Narducci. En revanche, contrairement à ce qu'indique son site de soutien local, Sylvie Andrieux n'en fait pas partie. « Je n'ai rien signé, et je n'ai pris position pour personne », se défend la députée. Autre absent de marque : Jean-Noël Guérini. En juin, la presse annonçait son ralliement à la maire de Lille. Finalement, il n'en est rien. Est-ce un hasard ? Jean-David Ciot ne soutiendra, lui non plus, aucun candidat : « Chacun votera en son âme et conscience », a-t-il déclaré hier. W

guérini

Même s'il est mis en examen jeudi, Jean-Noël Guérini ne démissionnera pas du conseil a confirmé Jean-David Ciot hier : « Il se mettra en congé du parti, c'est-à-dire qu'il renoncera à ses responsabilités nationales et fédérales. »