Record de mobilisation contre le CPE

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Quelque 250 000 personnes selon les organisateurs et 28 000 selon la police ont participé hier à Marseille au défilé contre le CPE. Les derniers manifestants n'étaient pas encore partis du Vieux-port quand le cortège, long de plusieurs kilomètres, arrivait à destination au métro Périer (8e). Le 18 mars, le mouvement avait réuni 130 000 personnes, de source syndicale. Aucun incident n'a été déploré au cours de la manifestation, où les forces de l'ordre se sont volontairement tenues à l'écart. Seize personnes ont toutefois été interpellées pour violences et dégradations. Syndicats professionnels, étudiants et lycéens avaient déployé un impressionnant service d'ordre, après les affrontements entre jeunes et forces de l'ordre survenus jeudi. « Aucune, aucune, aucune hésitation, c'est la révolution », scandaient les élèves du prestigieux lycée Thiers (1er), où le blocage est une première dans l'histoire de l'établissement. « Il y a encore plus d'élèves aujourd'hui » que lors des dernières manifestations, constatait un professeur. « La mobilisation est énorme, les salariés ont entendu notre appel, se félicitait un étudiant de la faculté de lettres d'Aix. Si le CPE passe, il y a toutes les chances que le contrat unique passe, alors il faut rien lâcher. Mais, on le voit, ça ne s'essoufle pas du tout. » Outre les facultés et les établissements d'enseignement supérieur, de nombreux lycéens du département avaient fait le déplacement, ainsi que des syndicalistes de l'industrie, des hôpitaux, de la grande distribution. L. B.

Hormis le CPE, les revendications portaient sur le retrait du contrat nouvelle embauche (CNE), de la loi sur l'égalité des chances, le soutien à la recherche publique, le refus des violences policières.