Semi-victoire de La fédération PS 13

Maïram Guissé

— 

Le 3 mai, Alain Richard était venu à Marseille entendre les responsables et les militants du parti socialiste 13.
Le 3 mai, Alain Richard était venu à Marseille entendre les responsables et les militants du parti socialiste 13. — P.Magnien / 20 minutes

Satisfaction. Hier, Jean-David Ciot, premier secrétaire fédéral du PS 13 par intérim affichait un large sourire. Selon lui, les conclusions du rapport de la commission d'enquête sur le fonctionnement de la fédération PS 13, rendues mardi après-midi, « ne sont pas tombées, une fois de plus, dans la caricature ».
Le rapport ne préconise pas de mise sous tutelle, mais pointe tout de même des dysfonctionnements et propose la mise en place d'un « contrat de rénovation ». « Nous allons le mettre en œuvre. Il sera proposé et soumis au vote des militants pour avoir une force plus grande le 21 juillet », insiste Jean-David Ciot.
La commission propose notamment de limiter « la taille des sections » à « 250 inscrits » ainsi qu'une réorganisation territoriale des sections à Marseille « en faisant coïncider leurs limites avec celles de l'arrondissement ». Elle préconise également l'organisation d'une nouvelle élection à la tête de la fédération. « Les candidats doivent se déclarer au plus tard milieu de semaine prochaine », précise Jean-David Ciot, lui-même « postulant ».
Le responsable socialiste a également prévu d'aller à la rencontre d'Alexandre Guérini, toujours membre du bureau fédéral du PS 13 et mis en examen dans le cadre d'enquête sur des marchés publics présumés frauduleux. Je lui demanderai si, à titre personnel, il souhaiterait se mettre en retrait du parti jusqu'au dénouement de ses affaires judiciaires », explique Jean-David Ciot.
Cette commission, présidée par l'ancien ministre Alain Richard a été mise en place en mars, après la mise en cause de Jean-Noël Guérini, président du conseil général, par Arnaud Montebourg. Le député socialiste avait dénoncé un « système de domination sans limite » et de « clientélisme féodal ». Jean-Noël Guérini était alors premier secrétaire fédéral du PS 13, en violation des statuts du PS.