D'autres pistes pour les jeunes délinquants

©2006 20 minutes

— 

Proposer autre chose que la prison ou le travail d'intérêt général.

La cellule justice-ville, qui rassemble tribunaux, parquets, services de l'Etat et collectivités locales des Bouches-du-Rhône, a présenté hier son programme d'actions pour 2006.

La cellule veut en priorité se consacrer aux jeunes, aussi bien dans la prévention de la délinquance que dans la prévention de la récidive.

La justice des mineurs fonctionne globalement bien (lire ci-dessous).

Mais pour certains jeunes, « une peine avec sursis ou un travail d'intérêt général est inefficace », reconnaît Brice Robin, procureur-adjoint au parquet de Marseille.

La cellule justice-ville veut apprendre aux jeunes « l'estime et le contrôle de soi au travers de pratiques professionnelles ou sportives ».

Elle compte s'appuyer sur les associations, notamment contre la violence dans le sport : « nous nous sommes rendus compte que nous n'avions pas de réponse aux injures et aux violences qui ont lieu aujourd'hui dans les championnats amateur », explique Brice Robin.

Le parquet va donc recruter un délégué du procureur, issu du milieu sportif, « pour que les jeunes n'aient plus un sentiment d'impunité par rapport à ce qui se passe sur les terrains ».

Autre action au programme : trouver des alternatives à la prison pour les jeunes « border line ».

Ces jeunes multirécidivistes vivent seuls dans la rue et certains peuvent présenter des problèmes psychologiques, mais la médecine psychiatrique n'estime pas nécessaire de les soigner ou de les hospitaliser.

Un groupe de travail s'est constitué à Aubagne pour trouver des « idées innovantes ».

La cellule justice-ville devrait se réunir deux fois par an pour faire le bilan de ses programmes de prévention.

Frédéric Legrand

Trois tribunaux sont compétents dans le département : Marseille, Arles et Aix-en-Provence. La cour d'assises et la cour d'appel sont situées à Aix-en-Provence.